La Cave de la Côte redessine son identité

VinLa coopérative viticole a décidé de moderniser son image pour séduire au-delà des frontières cantonales.

Julien Hoefliger (directeur de la Cave de la Côte), Pierre Duruz (président du Conseil d'administration) et Rodrigo Banto (oenologue) devant les cuves peintes par l'artiste Nicolas Bamert.

Julien Hoefliger (directeur de la Cave de la Côte), Pierre Duruz (président du Conseil d'administration) et Rodrigo Banto (oenologue) devant les cuves peintes par l'artiste Nicolas Bamert. Image: Julien Lambert

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En arrivant devant la Cave de la Côte, les couleurs sautent immédiatement aux yeux. Les grandes cuves qui jouxtent le bâtiment ont connu un véritable lifting. Du rose, du bleu, du vert ou encore du jaune, le tout avec des motifs rappelant la thématique du vin: l’artiste Nicolas Bamert, alias «Original», a eu carte blanche pour égayer les cylindres. C’est d’ailleurs lui qui, en 2016, avait peint les quelque 600 m2 de l’ancienne Cave de Morges, juste avant sa démolition.

Cette œuvre colorée s’inscrit dans la nouvelle stratégie que lance la coopérative. Les termes Uvavins ou Cave Cidis ont été mis aux oubliettes pour laisser place à une seule entité: Cave de la Côte. «Nous avons décidé de redéfinir notre identité, qui était peu claire, précise le directeur, Julien Hoefliger. La cave, qui compte 350 vignerons sociétaires, a connu une période difficile ces dernières années, avec des déficits. Depuis deux ans, nous avons abordé une transition importante, et ça va mieux. Mais le marché du vin en Suisse est compliqué. La consommation diminue et la concurrence étrangère est très forte. Il était devenu nécessaire de nous repositionner et de tordre le cou aux vieux clichés qui collent à la peau d’une coopérative. Je suis persuadé que nous avons entre nos mains un modèle d’avenir!»

Dans sa démarche, la Cave de la Côte a également modernisé son logo, qui se veut sobre tout en étant contemporain. Cette nouvelle stratégie de communication s’articule autour de trois axes forts: le terroir, le talent et la création. Dorénavant, les visages et le savoir-faire des producteurs sont mis en avant. La société entend également valoriser sa capacité d’innovation. «À mon avis, le vignoble de La Côte est aujourd’hui le plus dynamique du canton, estime Julien Hoefliger. Nous devons mettre en valeur les nouveaux vins et cépages développés par Changins depuis vingt ans, en particulier dans les rouges. Ils sont encore trop peu connus du grand public.»

Cette reconquête vise notamment la clientèle alémanique. «Nous devons faire découvrir ce beau potentiel dans de nouveaux marchés. Il reste bien des gens à convaincre», conclut le directeur.

Créé: 27.06.2018, 11h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...