Le premier Salon du vélo ouvre ses allées à des ovnis à roulettes

MorgesLes visiteurs ont pu découvrir ce week-end des engins étonnants, une façon ludique de promouvoir la mobilité douce.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un jeune homme file entre les piliers de la halle CFF de Morges juché sur une seule roue. A quelques mètres de là, une petite fille pompe à l’aide de ses pieds pour faire avancer une sorte de trottinette. Un peu plus loin, un quinquagénaire pédale sur un chopper.

En poussant, ce week-end, la porte de la halle, les visiteurs de la première édition du Salon du vélo et de la mobilité durable avaient de quoi être surpris. Si le classique deux-roues, avec ses variantes électriques ou pliables, était bien représenté, de nombreux engins étonnants avaient également leur place dans les allées.

Des multiples variantes de gyropodes – plate-forme électrique que l’on fait avancer en déplaçant le poids du corps, comme les Segway – au Surfbike, rejeton farfelu né de l’union d’une bicyclette et d’une planche de surf.

Malgré leur apparence étonnante, certaines de ces machines peuvent représenter une alternative à la voiture. «Je voulais aborder la thématique de la mobilité douce dans sa globalité, explique Christian Wipfli, organisateur du salon. J’ai pensé que le vélo était la clé de voûte pour se pencher sur toutes sortes de thèmes liés, avec en plus le côté ludique de pouvoir essayer toutes sortes de choses: des engins qu’on peut utiliser au quotidien et d’autres qui sont plutôt faits pour les balades du dimanche.»

Modification de la loi

Il y a un marché pour ces machines roulantes originales, Jean-Luc Mazzone, propriétaire d’un showroom à Préverenges, en est convaincu. «Les trottinettes électriques par exemple connaissent un franc succès, notamment chez les personnes qui ont dû déposer leur permis pour quelque temps», relève le spécialiste. Mais la législation suisse ne facilite pas les choses, les critères d’utilisation de ces engins électriques sont plutôt restrictifs. Une situation qui pourrait bien changer au printemps avec l’entrée en vigueur d’une motion visant à faciliter l’utilisation de ce type d’objets. Ils pourraient par exemple emprunter les pistes cyclables et les chemins interdits aux voitures.

Moins périlleux que le Solowheel (une roue), les vélo-choppers attirent les cyclistes en quête de style. «Il n’y avait rien d’autre que du traditionnel sur le marché. Nous voulions associer le côté pratique et les sensations, alors nous avons créé le V-Oco», explique son concepteur, Ohad Cohen.

Même si le thème de la mobilité douce est incontournable, avec ses 2% de cyclistes, la Suisse a encore des progrès à faire. «Le vélo reste le parent pauvre des moyens de transport, même si on en parle beaucoup», estime Arnaud Nicolay, secrétaire général de Pro Vélo région Lausanne. Tous ces moyens originaux qui débarquent sur le marché du deux-roues feront peut-être la différence.

Créé: 15.03.2015, 20h00

6000 visiteurs en trois jours

Outre les tests de différentes bicyclettes et deux-roues originaux, le Salon de vélo et de la mobilité durable de Morges affichait un riche programme: conférences, tables rondes, films, concours et parade en costards.

Gratuite, cette première édition a attiré quelque 6000 visiteurs entre vendredi et dimanche dans les vastes halles CFF. «Pari réussi», pour Christian Wipfli, organisateur, qui ne s’était pas prononcé sur le nombre de personnes attendues avant l’événement, première édition oblige. «L’objectif visé a été atteint: créer une plate-forme, un espace de rencontres, d’animations et de synergies autour du vélo et de la mobilité durable, le tout dans une ambiance conviviale», se réjouit Christian Wipfli.

Face à ce franc succès, ce dernier annonce d’ores et déjà une deuxième édition en 2016. «Au vu de l’affluence, nous avons simplement pu constater que le salon a rencontré son public et donc que le concept va pouvoir s’inscrire dans la durée», indique l’organisateur.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.