Les commerçants de Nyon prêts à dénoncer la CCT

VenteUn vote consultatif conforte le comité démissionnaire de la SIC qui voudrait tirer un trait sur la convention avec Unia.

Les commerçants nyonnais plaident pour la dénonciation de la convention collective de travail dans la vente.

Les commerçants nyonnais plaident pour la dénonciation de la convention collective de travail dans la vente. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Réunis jeudi soir en assemblée générale extraordinaire, les membres de la Société industrielle et commerciale de Nyon et environs (SIC) ont voté à une très nette majorité en faveur d’une dénonciation de la Convention collective de travail qui les lie depuis 2010 au syndicat Unia. Ce n’était qu’un vote consultatif, qui devrait pousser la partie patronale de la commission paritaire à jeter aux orties les conditions de travail négociées à l’époque en échange d’horaires des magasins élargis.

La raison, c’est l’échec d’un renouvellement de cette convention. En juin 2016, un accord avait été signé par les deux parties, ce qui permettait d’ouvrir les magasins une heure de plus le samedi (jusqu’à 19h). Mais en octobre, le syndicat se rétractait, en admettant dans une lettre d’excuse qu’elle avait mal interprété les conditions et que le personnel de vente s’opposait aux conditions offertes. La Ville, estimant qu’il y allait de l’avenir du commerce de proximité, a malgré tout soumis au Conseil communal une modification du règlement pour autoriser cette heure supplémentaire. Ce que les élus avaient accordé à une nette majorité.

«Dénoncer notre CCT permettra d’avoir plus de liberté en attendant une convention collective cantonale que tout le monde souhaite»

Le référendum qui a suivi les a désavoués, puisqu’une majorité de la population nyonnaise a soutenu les vendeuses en refusant cette extension d’horaire. Dégoûté par une campagne virulente, le comité de la SIC a démissionné en bloc pour le 31 janvier prochain. «La confiance est rompue avec le syndicat. Et aujourd’hui, nous ne voyons pas pourquoi maintenir une convention qui ne touche qu’un faible pourcentage d’employeurs et de vendeurs et pèse sur les petits commerces. La dénoncer permettra d’avoir plus de liberté en attendant une convention collective cantonale que tout le monde souhaite», relevait la présidente Marisa Benedetto.

Et de rappeler que les horaires des magasins restent acquis, même en cas de dénonciation de la CCT, puisque les horaires sont de compétence communale et ne sont pas liés, selon un arrêt du Tribunal fédéral, à une convention de travail.

Reste que la démission en bloc du comité inquiète des membres de la SIC comme la Municipalité, qui souhaiterait garder une association de commerçants forte comme interlocuteur. «Unia reste sur sa position, soit se remettre autour de la table pour négocier. Mais résilier la CCT alors que le comité de la SIC démissionne, cela veut dire qu’il n’y a plus de répondant patronal en face», déplore Yves Defferrard, secrétaire régional Vaud

Créé: 31.10.2019, 22h13

Articles en relation

Le difficile dialogue entre syndicat et commerçants à Nyon

Travail Après l’échec de l’extension des horaires des commerces, des employés auraient été menacés en raison de leur engagement. Plus...

Les magasins n’ouvriront pas jusqu’à 19h à Nyon

Référendum La population a refusé l’extension d’une heure le samedi pour les commerces. La qualité de vie du personnel a primé. Plus...

L’association commerciale de Nyon se saborde

Commerce Après le refus populaire de l’extension des horaires des commerces, le comité démissionne en bloc. La CCT pour le personnel de vente est menacée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.