Les élus pètent les plombs pour une conduite de gaz

NyonEn refusant un crédit pour cette énergie fossile, le Conseil communal a mis la Ville dans une fâcheuse position.

L'entreprise GSK (ex-Novartis) a besoin d'une alimentation en gaz performante.

L'entreprise GSK (ex-Novartis) a besoin d'une alimentation en gaz performante. Image: LDD/GSK

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était l’un de ces préavis banals, concernant des tuyauteries à changer avant une réfection de chaussée. Le genre de domaine où les élus accordent souvent de gros crédits sans sourciller ni trop y regarder. Or cette fois, au Conseil communal de Nyon, tout a dérapé. Un simple amendement a failli compromettre la crédibilité des Services industriels de Nyon, provoquer la ruine de GSK (ex-Novartis), l’entreprise pharmaceutique qui emploie 1300 employés, et déclencher une rupture diplomatique entre Nyon et Prangins!

Tout ça parce que le conseiller Jacques Hanhart, électricien de son état, a demandé que l’on retranche du crédit total de 1,8 million nécessaire aux Services industriels de Nyon pour renforcer les réseaux d’eau et de gaz naturel sur la route de l’Étraz, à Prangins, la somme prévue pour le gaz, soit 473'000 francs. «Je m’étonne que l’on étende le réseau de gaz alors qu’avec le changement climatique, nous devons diminuer le recours aux énergies fossiles», a expliqué l’élu du Parti indépendant nyonnais (PIN). Les Verts, comme Valérie Mausner Léger et Yvan Rytz, se sont engouffrés dans la brèche pour regretter à leur tour une politique tablant sur le gaz alors «qu’il faudrait l’éviter pour tout nouvel immeuble».

Le municipal responsable des SIN, Vincent Hacker, a expliqué qu’il fallait harmoniser le réseau avec d’autres pour disposer d’une pression constante, notamment vis-à-vis d’un gros client du secteur, l’entreprise GSK, et que le gaz n’était qu’une énergie de transition. Mais le courant n’a pas passé. À une petite majorité de 41 voix contre 31 et 10 abstentions, le Conseil a approuvé l’amendement, privant ainsi le projet de tous travaux sur le gaz.

Panique au sein de la Municipalité, qui demandait alors une interruption de séance. Il faut dire que personne n’avait capté que les élus nyonnais ne pouvaient décider de la politique énergétique de la commune de Prangins. Dans cette affaire, les Services industriels de Nyon, qui desservent 6 autres communes des environs en eau et en gaz naturel, ne sont que des prestataires de services.

Un vote pour rien?

Mais pourquoi alors demander l’avis des conseillers nyonnais? D’habitude, ces travaux sont compris dans les crédits d’extension des Services industriels, soit une enveloppe globale demandée dans le cadre du budget. Parce qu’il a fallu du temps pour coordonner ces travaux avec Prangins et la pose par les Services industriels de Lausanne d’une nouvelle conduite de gaz haute pression depuis Gland, le planning n’entrait plus dans la phase budgétaire.

«Un refus mettrait à mal notre collaboration avec notre voisine de Prangins, d’autant plus que nous avions promis, lors des négociations pour éviter la délocalisation de Novartis, de faire un effort sur l’alimentation en gaz et équiper la parcelle le long de la route de l’Étraz qui est restée en mains de l’entreprise», a expliqué le syndic, Daniel Rossellat. Et de rappeler que les SIN, qui ont un monopole en fourniture d’énergie, perdraient toute crédibilité suite à la décision des Nyonnais. D’autant plus que ces derniers ont refusé un chauffage à distance et que la géothermie n’est pas pour demain.

Bref, pour sortir de l’ornière, l’Exécutif a proposé de revoter, à l’issue d’un deuxième débat. Peu avant minuit, les élus ont, de mauvaise grâce, annulé l’amendement par 49 voix contre 4 et… 26 abstentions. Si d’aucuns ont vu dans ce débat un acte de vengeance envers Prangins, qui a renoncé au projet de Route de desserte urbaine (RDU), le coup de semonce va surtout aux SIN, priés d’accélérer la transition énergétique. (24 Heures)

Créé: 03.04.2019, 07h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.