Les jeux de rôle grandeur nature montrent les dents

La CôteEn Suisse romande, le mouvement est plus vivace que jamais. Immersion dans un monde fascinant qui agite ce week-end les bois de St-Oyens

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On l’a dit mort, mais le mouvement des jeux de rôle grandeur nature (GN) s’est rarement aussi bien porté en Suisse romande. La tenue du vaste scénario de Brumes, mis sur pied par l’association morgienne l'Hydre, résume à elle seule cet état de fait. Ils sont plus de 300 depuis vendredi et jusqu’à dimanche dans les bois de Saint-Oyens, au-dessus de Rolle, à poursuivre leur destin de troll, orque, magicien et autres gobelins ou pirates sur l’île de Lûn

Plus de 300, c’est le double de l’épisode précédent organisé en 2013. Autant d’étudiants, ouvriers, banquiers ou chercheurs heureux de changer de peau le temps d’un week-end en laissant leur imagination voguer sur des terres inconnues et hostiles tirées d’un imaginaire médiéval-fantastique. Les costumes constituent en premier lieu le sel de ces aventures à ciel ouvert. Et ceux de Brumes sont pour le moins bluffants. L’autre facteur qualitatif déterminant demeure le scénario. «Dans Brumes, le Dieu unique a disparu et quatre Gardiens font leur réapparition, explique Isabelle Lapôtre, membre du comité de l’Hydre. Durant quatre jours, les brumes qui sévissent sur l’île se lèvent et favorisent les mouvements des factions. Brumes constitue la 4e histoire dans le même monde de Lûn. Ce monde évolutif, ça fidélise les participants, qui veulent connaître la suite.»

Des décors ont été créés spécialement, dont une taverne, un village et plusieurs sites de rencontre. Un dragon fera même son apparition ce soir dans un déluge de feu! D’autres effets spéciaux son et lumière enrichiront l’ambiance en soirée. Une plus-value qui fait sens, selon Gil Gaussen, scénariste en chef: «Le jeu est clairement plus impressionnant de nuit. Un monstre de jour, c’est sympa, mais c’est un gars dans un costume. De nuit, quand on ne voit plus les détails, l’imagination travaille à plein régime». Dans la même veine, l’Hydre organise le 20 septembre un GN «vampire» de nuit. Frissons garantis.

Une nouvelle vitalité

Comme l’Hydre, elles sont une dizaine d’associations en Suisse romande à mettre sur pied entre une et quatre GN par année, sur quelques heures ou plusieurs jours, avec des affluences variant de quelques dizaines de personnages à plusieurs centaines. Un forum interassociatif s’est même constitué pour diffuser des informations, coordonner les efforts et gérer les agendas afin d'éviter les doublons sur un même week-end.

Les signes de vitalité des GN sont évidents depuis quelques années. Thomas B., Français de 37 ans établi en Suisse depuis de nombreuses années, est bien placé pour le savoir. Il participe à plusieurs GN par an en Suisse et à l’étranger et en organise presque autant: «Brumes, avec 300 personnes, c’est énorme! Le plus gros GN européen, en Allemagne, Conquest of Mythodea, regroupe 5000 personnes pour 80 millions d’habitants. Proportionnellement, 300 en Suisse romande, c’est gigantesque. Par contre, le phénomène n’est pas très visible dans les médias. Certains viennent aux GN par le cosplay (de «costume» et «playing»), le théâtre d’improvisation, les jeux vidéo. La plupart sont des étudiants.»

Maud Jenni-Hédiguer, présidente de Coryphee, note aussi que son association croque le GN à pleines dents: «Nous sommes nés en 2010 à Vallorbe, en partenariat avec château de Chillon, où je travaille en tant que médiatrice culturelle. L’association s’est bien développée à partir de 2012. Nous sommes clairement à cheval entre deux générations: les vieux briscards et la nouvelle génération. Nous vivons une période charnière». Cédric Boucard, président de Troll du Caveau, dans le Chablais, note la même évolution. Et celle-ci est appelée à durer selon lui: «Comme souvent, ces associations naissent d’une passion de quelques potes. Ce qui a changé aujourd’hui, c’est que les associations ne sont plus dépendantes de leurs créateurs, une relève se constitue. Et le mouvement compte plus de fans aussi».

Pandemonium, un GN vaudois en 2011

Ce succès doit beaucoup à Internet, selon Tyfus Maxima Augustus Leonus, président de l’associationAzoria , Maître de l’Ordre de l’Inquisition du Saint Empire et Détenteur du Saint Marteau de purge entre autres titres: «Toute une industrie s’est par ailleurs développée autour des GN depuis 2-3 ans. Avant, beaucoup allaient en France, aujourd’hui nous sommes suffisamment de gens motivés à organiser nos propres GN ici».

La France prisée

Ceux qui n’en ont pas assez en Suisse romande trouvent largement de quoi étancher leur soif de destruction de troll ou d’enquête cérébrale à l’étranger, le plus souvent en France, pour des raisons évidentes de langue et de facilité de contact. «On trouve un gros vivier dans la région de Besançon et en Savoie», explique Maud Jenni-Hédiguer. Cette dernière a même poussé plus loin ce week-end: «Une association bretonne propose un GN steampunk dans un château. C’est une ambiance XIXe siècle, à l’époque des machines à vapeur, avec beaucoup de technologie et un peu de magie et de surnaturel.» Le ConQuest of Mythodea, près d’Hanovre, reste une valeur sûre. Chère la passion des GN? «Au début, il y a une mise de départ élevée pour s’acheter un costume, explique Cédric Boucard. Ensuite, on bricole. Pour moi, c’est une passion, j’y ai même rencontré ma femme! Et j’ai plusieurs personnages à choix dans mon armoire.»

Pour Brumes, l’inscription a varié entre 80 et 120 francs pour le week-end avec repas, un tarif progressif au fil du temps. «Au début de l’aventure Azoria, l’inscription coûtait 150 francs, contre 50 aujourd’hui», précise Tyfus Maxima Augustus Leonus. Un seul regret: certains stéréotypes liés aux GN. Thomas B. ne donne d’ailleurs pas son nom de famille: «Parce que pour certains cela équivaut à un manque de crédibilité. Alors que je suis chercheur, j’ai fait des études et je paie mes impôts.»

Intéressé à participer à un GN? Le meilleur moyen de s’informer reste le forum interassociatif des GN: //gnisteboiteux.jdrforum.com (24 heures)

Créé: 12.07.2014, 15h29

Google Map

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.