Nouveau coup de frein pour les vélos en libre-service

District de NyonUn recours au Tribunal fédéral empêche l’extension du réseau, ainsi que le renouvellement de la flotte qui est en mauvais état.

Les anciennes bornes et les vélos du réseau actuel ont vécu, mais leur remplacement est gelé par un recours.

Les anciennes bornes et les vélos du réseau actuel ont vécu, mais leur remplacement est gelé par un recours. Image: Florian Cella-archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est très embêtant! Notre réseau est obsolète et nous avons besoin de le remplacer.» Pierre Graber, syndic de Saint-Cergue en charge de la mobilité pour le Conseil régional du district de Nyon, fait face à un nouveau retard dans l’extension du réseau des vélos en libre-service. Un recours au Tribunal fédéral a été déposé il y a quelques semaines par la société qui n’a pas obtenu le mandat lors de l’appel d’offres. Un effet suspensif gèle le développement qui aurait dû débuter l’été dernier.

Déboutée en fin d’année dernière par la Cour de droit administratif et public, la société biennoise Intermobility n’abandonne pas son combat. Elle proteste contre le choix du Conseil régional qui s’était porté sur son concurrent PubliBike. Ce dernier exploite déjà le réseau actuel depuis sa création en 2011 dans le district de Nyon.

Le projet bloqué consiste à étendre le réseau dans les régions de Rolle et de la Terre-Sainte, ainsi que de renforcer l’offre à Nyon, Gland et Prangins. Aux 13 stations existantes, il est prévu d’en ajouter 37 pour atteindre 50 d’ici à deux ans. L’ensemble des deux-roues sera aussi remplacé.

En attendant une décision du Tribunal fédéral, le Conseil régional est mal pris. La flotte de vélos n’est plus assez nombreuse pour faire face à la demande de la clientèle. Ce qui pose des problèmes aux heures de pointe. Des 151 deux-roues mécaniques et électriques mis en service en 2011, il en reste 130 aujourd’hui. Le vandalisme explique en grande partie cette diminution. Le système informatique n’est plus au goût du jour, lui non plus. Il ne permet pas de localiser les vélos en temps réel via l’application, comme c’est le cas dans la région Lausanne-Morges. «Notre réseau n’est pas très sexy», résume Pierre Graber.

Le Tribunal fédéral devrait rendre son jugement aux alentours du mois de juin, selon les estimations du Conseil régional. Si le recours est rejeté, l’extension pourrait développer ses effets rapidement, cette année encore. (24 heures)

Créé: 14.03.2018, 16h29

Articles en relation

PubliBike remporte la guéguerre du vélib à Nyon

Mobilité Le Conseil régional du district de Nyon a choisi entre les deux concurrents en lice pour exploiter le réseau de vélos en libre-service La Côte. Plus...

Les vélos enfin libre de s’étendre à La Côte

Mobilité Le Tribunal cantonal ayant débouté son concurrent, Publibike peut enfin déployer son réseau dans la région nyonnaise. Plus...

Les vélos électriques en libre-service débarquent

Mobilité Lausanne et Morges sont les premières à pouvoir tester le nouveau réseau de mobilité de PubliBike Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...