Où poser sa Tiny House? Le casse-tête d’une maman

NomadeLa Commune de Saubraz a donné quinze jours à Karin Zurbrügg pour lever le camp avec sa mini-maison.

Karin Zurbrügg cherche un terrain pour y installer sa maison à roulettes de 24 m2.

Karin Zurbrügg cherche un terrain pour y installer sa maison à roulettes de 24 m2. Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un appel au secours que Karin Zurbrügg a lancé sur Facebook. Dans moins de dix jours, elle sera une nouvelle fois expulsée d’une localité où elle avait installé sa mini-maison. La Commune de Saubraz lui avait octroyé une autorisation d’installation provisoire pour l’été, jusqu’à fin septembre. Aujourd’hui, elle cherche de toute urgence un nouveau terrain pour y poser sa Tiny House et y loger ses deux enfants.

«Nous lui avions bien signifié que ce stationnement était provisoire, souligne Vincent Gobat, municipal chargé de la Police des constructions. Nous autorisons exceptionnellement la présence de logements mobiles, chez des privés, sur une période déterminée lorsque nous considérons qu’il s’agit de vacanciers qui rendent visite à leurs amis, mais nous ne pouvons pas accueillir un tel type d’habitat pour une période plus longue.»

D’ailleurs, le règlement communal du plan général d’affectation le stipule: «L’utilisation des caravanes, roulottes et autres logements mobiles comme habitation est interdite sur tout le territoire communal.» Les autorités ont reçu plusieurs demandes de ce type et ne souhaitent pas faire d’exception.

«Retour à l’essentiel»

Vivre dans une petite maison de 24 m2 sur roues, c’est un choix que Karin Zurbrügg a fait il y a six mois pour sortir la tête de l’eau. Cette professeure de yoga a pu réduire ainsi son loyer de 70% en ne louant que les emplacements chez des privés.

Même si elle doit se battre pour trouver des terrains d’accueil, elle ne compte en aucun cas reprendre un appartement classique. «J’ai tout trié, vendu et donné. Ce retour à l’essentiel m’a libérée du matérialisme. Je me sens plus proche de la nature et plus respectueuse de l’environnement.» Après avoir été expulsée de la commune d’Apples et aujourd’hui de celle de Saubraz, cette mère célibataire souhaite trouver un terrain pour du long terme, proche des écoles de ses enfants, dont elle a la garde alternée.

Mais la réalité est bien plus contraignante. D’abord, les campings ouverts à l’année dans le canton ne sont pas en mesure d’accueillir ce type d’habitat. Ils sont tous régis par la loi sur les campings et caravanings résidentiels (LCCR). Selon l’article 29, la caravane résidentielle ne peut comporter qu’un seul niveau. Or les Tiny Houses ont des mezzanines. «Si l’on considère que les Tiny Houses sont sur deux niveaux, alors effectivement elles ne sont pas autorisées dans les campings», concède Matthieu Carrel, responsable de division au Service de développement territorial (SDT).

L’installation d’une mini-maison en zone agricole est interdite. Elle est par contre autorisée en zone à bâtir après avoir obtenu de la Commune un permis de construire. «C’est une démarche démesurée pour une installation provisoire, car celle-ci peut prendre plusieurs mois. Mais elle en vaut la peine si les gens souhaitent y séjourner à long terme», rapporte Pierre Imhof, chef du SDT.

Flou cantonal

Les mini-maisons ont vu le jour aux Etats-Unis en 2008, comme une réponse à la crise du logement. Le concept a débarqué en Suisse avec l’entreprise Swiss Tiny House Sàrl. «En fin d’année 2015, quand nous avons lancé notre entreprise et commencé à construire, les offices cantonaux restaient flous sur la réglementation concernant l’installation de ces mini-maisons», déplore Pascal Cornu, fondateur de la société.

Puis, de plus en plus de contraintes ont émergé. Aujourd’hui, la société est confrontée à un mur. «Nous avons une cinquantaine de clients qui ont émis le souhait de se procurer un tel habitat, mais une seule question nous immobilise tous: leur emplacement, reprend-il. Si la situation ne se débloque pas, nous réfléchissons sérieusement à arrêter la production des Tiny Houses en fin d’année. Nous avons d’ailleurs commencé à nous diversifier dans d’autres types d’habitats.»

Créé: 26.10.2016, 06h41

Articles en relation

Expulsé, l’opticien de Nyon rêve d’une Tiny House

Témoignage Sans domicile, Yves Jaques vit avec 900 francs par mois. Il a trouvé du soutien pour se dégoter une minuscule maison. Plus...

La minimaison, riposte à la crise du logement

Habitat Nées en 2008 aux Etats-Unis, les «tiny houses» sont devenues un phénomène de société. Elles débarquent en Suisse, via une société installée dans la Broye. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.