Saint-Cergue prévoit de faire le ménage dans sa zone artisanale

Saint-CerguePour régler l’usage illégal d’une aire de forêt, la Municipalité propose de créer ailleurs une zone de dépôt pour les entreprises.

Les dépôts de matériaux et de pneus qui étaient déposés sur un chemin en aire forestière.

Les dépôts de matériaux et de pneus qui étaient déposés sur un chemin en aire forestière. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fin juin, la Municipalité de Saint-Cergue demandera un crédit d’étude pour réaliser un plan partiel d’affectation à la route du Télésiège, vers la déchetterie des Cheseaux. Ce dernier devrait permettre d’y construire un hangar susceptible d’abriter les machines de chantier et matériaux qui occupent actuellement en toute illégalité une aire de forêt située vers la seule zone artisanale de la commune, sous l’Observatoire.

Cette situation était dénoncée depuis plusieurs années par des habitants de la PPE Résidence Le Belvédère qui se plaignaient du bruit et des machines de chantier, du matériel de construction et de vieux pneus entreposés dans la forêt en contrebas de leur habitation, en dehors du périmètre de la zone artisanale. Deux entreprises étaient concernées, Scheidegger Forêts et Jardins et l’entreprise générale Natalini SA.

Il s’était avéré qu’en 1991, la Commune avait accordé à ces entreprises locales des baux pour entreposer du bois le long du chemin menant à l’ancienne décharge, alors qu’une telle autorisation était de compétence du Service cantonal des forêts. Ces baux illicites ont finalement été résiliés pour janvier 2014, mais sont sujets à une prolongation jusqu’au 31 décembre 2019, histoire de donner aux entreprises et à la Commune le temps de trouver une alternative.

«Mais à chaque proposition, nous nous sommes heurtés à un veto du Canton. Parce que la plupart des parcelles sont en zone de protection des eaux»

Car la grande difficulté de la Commune, c’est de trouver un terrain pour des activités artisanales, la zone actuelle étant trop petite. «Mais à chaque proposition, nous nous sommes heurtés à un veto du Canton. Parce que la plupart des parcelles sont en zone de protection des eaux. On nous a même refusé un projet d’entreposage à la route de la Prangine, sous prétexte que l’endroit était «trop beau», relève le municipal Paul Ménard.

Et d’admettre que les autorités locales ont laissé traîner la remise en ordre de la zone artisanale pour ne pas compromettre la viabilité de ces entreprises, qui s’occupent entre autres du déneigement et des travaux forestiers dans la commune. Or la piste d’une zone de dépôt vers la déchetterie avait déjà été évoquée il y a quelques années par le Service du développement territorial (SDT).

Si ce PPA passe la rampe de l’enquête publique et de la légalisation, il permettra d’entreposer ailleurs les véhicules litigieux et d’établir enfin un règlement pour la zone artisanale. Sur cette dernière, seul l’entreposage du bois provenant de la commune devrait être autorisé et les types et horaires d’activités clairement établis. Mais les voisins devront patienter jusqu’en 2019 pour voir ces plans mis en œuvre. (24 heures)

Créé: 11.05.2018, 21h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.