Un artiste nyonnais victime d’un cambriolage

Fait diversLes malfrats ont été arrêtés. Ils n’ont pas volé de toiles mais ont pris un ordinateur contenant les données d’un film en préparation.

Bernard Garo est soulagé, la police a récupéré son ordinateur.

Bernard Garo est soulagé, la police a récupéré son ordinateur. Image: Alain Rouèche

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le larcin n’est pas resté longtemps impuni. Lundi après-midi, la police cantonale a informé l’artiste que les trois auteurs du délit avaient été interpellés et l’ordinateur récupéré. «Le plus important, c’était de retrouver l’ordi, le reste n’est que du matériel, s’exclame Bernard Garo, à peine remis de ses émotions. J’étais justement en train de sauvegarder les rushes du tournage que nous venons de réaliser avec Pierre-Yves Borgeaud. Le film constitue l’axe du spectacle à venir.» Autant dire que la perte des données aurait mis le projet en péril. A l’heure où nous rédigeons ces lignes, la victime du vol croise les doigts en espérant que les malfrats n’ont pas effacé la mémoire de l’ordinateur.

Les cambrioleurs se sont introduits dans l’atelier de l’artiste en brisant la vitre d’une fenêtre peu visible, située à l’arrière des locaux. Quelques toiles ont été bousculées et griffées. «Ils ont même marché dessus, remarque Bernard Garo. Mais rien n’est irrécupérable et aucune pièce maîtresse n’a été endommagée. Heureusement qu’ils ne sont venus que pour du matériel technologique et qu’ils n’avaient pas l’intention de saccager mon travail.»

Les voleurs étant en cours d’interrogatoire, la police cantonale n’a voulu livrer aucune information à leur propos. Selon Bernard Garo, ils ne devaient pas avoir préparé leur coup et ne semblaient pas être très expérimentés puisqu’ils ont laissé de nombreuses empreintes.

Quoi qu’il advienne, Bernard Garo tient à retirer au moins un aspect positif de cette malheureuse expérience. «Le film que nous préparons parle de la fragilité de l’homme face à la nature. Peut-être que cette histoire interpellera le public sur la fragilité du travail artistique. Il s’agit de faire la différence entre le vol d’une paire de chaussures qui sera remboursée et celui d’une œuvre immatérielle irrécupérable. » (24 heures)

Créé: 29.10.2013, 07h58

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...