Une menace à 28 millions plane toujours sur Rolle

JusticeLe Tribunal fédéral a admis le recours de Bentor SA, propriétaire de Bellerive, mais a renvoyé le dossier au Tribunal cantonal.

Le syndic de Rolle Denys Jaquet s'étonne qu'un propriétaire réclame des millions d'indemnités alors que la Commune a rendu ses terrains partiellement constructibles.

Le syndic de Rolle Denys Jaquet s'étonne qu'un propriétaire réclame des millions d'indemnités alors que la Commune a rendu ses terrains partiellement constructibles. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis plusieurs années, la Ville de Rolle est en litige avec Abraham Ben David Ohayon, principal actionnaire des sociétés Bentor SA, propriétaire du domaine de Bellerive, et SI Realim, propriétaire de l’Hôtel Rivesrolle. La première lui réclame 8 millions d’indemnités pour avoir tardé à légaliser ses 60'000 m2 de terrains, et la seconde lui demande 20 millions de dommages et intérêts pour avoir tardé à réaliser un aménagement routier donnant accès à l’Hôtel Rivesrolle. Vendredi dernier, le Tribunal fédéral s’est penché sur le cas de Bentor SA, sans trancher définitivement l’affaire puisque le dossier a été renvoyé au Tribunal cantonal pour complément d’enquête.

Rappel des faits. Le Conseil communal de Rolle a voté le plan partiel d’affectation (PPA) de l’Ouest rollois en mars 2008. Ce PPA permet notamment au propriétaire de Bellerive (parcelle qui s’étend jusqu’au bord du lac) de construire des bâtiments de part et d’autre de la route Suisse. À la même époque, la Fédération internationale de basket puis le géant américain Yahoo! envisageaient d’y installer leur siège. Bentor SA (que nous n’avons pas réussi à contacter) reproche à la Commune d’avoir trop traîné et ne semble pas satisfaite de ce PPA.

«C’est quand même un comble, s’exclame le syndic de Rolle, Denys Jaquet. Nous les avons arrangés en rendant ces terrains agricoles partiellement constructibles, ce qui ne serait plus possible aujourd’hui avec la nouvelle LAT, et on nous fait des reproches, jusqu’à nous réclamer des millions.» Le syndic n’est en revanche pas trop inquiet sur le dénouement de l’affaire. «Il est vrai que c’est la première fois qu’on perd, puisque le Tribunal cantonal nous avait donné raison. Mais cela ne veut pas dire qu’on va devoir payer les indemnités réclamées. Ce serait injuste puisque nous avons valorisé ces terrains.»

Cas de Rivesrolle non réglé

Le cas de Rivesrolle attend encore d’être jugé par le Tribunal fédéral. Le propriétaire estime que, après sa transformation en 2001, l’hôtel 4 étoiles de 60 chambres n’a jamais pu rouvrir parce que la Commune de Rolle a tardé à réaliser un accès routier à l’établissement. Elle demande donc 20 millions de dommages et intérêts pour couvrir l’entretien de l’hôtel fermé, sa dépréciation et le changement du mobilier.

L’histoire rocambolesque de l’hôtel fantôme de Rivesrolle alimente les discussions et les sketches des revues depuis près de vingt ans. En 1999, le propriétaire a décidé de transformer l’appart-hôtel, qui ne tournait pas, en hôtel 4 étoiles. Des travaux sont effectués pour un montant de 15 millions. Mais ses portes sont restées closes jusqu’à aujourd’hui. Durant des années, l’exploitant a attendu la réalisation d’un aménagement routier qui facilite l’accès à l’hôtel sans créer de nuisances aux habitants des immeubles voisins, qui avaient levé leurs oppositions en échange de cet accès.

De son côté, la Municipalité de Rolle était d’accord avec ce projet. Mais il y a eu des tergiversations pour savoir s’il valait mieux faire une présélection ou un giratoire. Et lorsque la variante du giratoire a enfin été présentée au Conseil communal en 2004, il l’a refusée, notamment pour des raisons de répartition financière avec les communes voisines. En 2006, c’est la présélection qui était rejetée. Le giratoire a finalement été construit en 2010. Mais à ce moment-là, le propriétaire de Rivesrolle disait ne plus avoir les liquidités pour réhabiliter les lieux. Il semble attendre le dénouement judiciaire pour décider de rouvrir ou non. (24 heures)

Créé: 30.08.2018, 08h12

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.