À Nyon, l’îlot de la Muraz gardera son caractère

UrbanismeSur cette colline, havre de verdure caché au centre-ville, on pourra densifier... un peu.

La colline de la Muraz est cachée par une grosse couronne d'immeubles en plein centre-ville.

La colline de la Muraz est cachée par une grosse couronne d'immeubles en plein centre-ville. Image: LDD/Michel Perret

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plupart des Nyonnais ignorent que derrière les hauts bâtiments de la rue de la Gare, la plus commerçante de la ville, se cache un îlot de verdure et d’habitations resté hors du temps. La colline de la Muraz, masquée par une grosse couronne d’immeubles, abrite encore une douzaine de maisons ouvrières datant pour la plupart du début du XXe siècle, des jardins et des arbres que l’on ne peut guère apprécier que vus du ciel. Car ce quartier ne comprend qu’un seul accès, une ruelle étroite qui démarre à côté du Restaurant Les Brasseurs pour finir en impasse au sommet de la colline.

Dans les années 80, la Municipalité avait envisagé, avec un concours d’idées, de densifier cette colline. Mais les projets présentés avaient soulevé une levée de boucliers. Aujourd’hui, l’Exécutif entend préserver la structure et le caractère unique de ce hameau tout en offrant aux propriétaires des possibilités de construire ou de transformer leur maison. Un plan d’affectation a été élaboré, qui sera soumis à l’enquête publique dès le 18 janvier.

Les quelques maisons au cœur de la colline seront conservées, celles qui se trouvent en couronne pourront s’étendre sur un sixième de leur parcelle, mais à une hauteur limitée à deux niveaux sur le rez-de-chaussée. Deux parcelles seulement sont libres et pourront accueillir une nouvelle construction. «Mais toutes devront avoir une façade sur la voirie et se débrouiller pour créer leur propre accès.» Une condition, obligeant le propriétaire à réaliser un bout de chemin sur cette colline inaccessible aux camions des pompiers, ce qui découragera sûrement plus d’un promoteur.

Présidente du collectif d’habitants qui s’était opposé à la construction de villas jumelles en 2017, Marie-Hélène Giraud salue les intentions du plan. «Mais il faut voir le projet dans le détail, avant de se prononcer.»

Créé: 15.01.2020, 08h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.