Les aînés de la région reçoivent un don du ciel

Saint-PrexMaguy et Loulou Dubois, un couple de paysans, ont laissé leurs biens à la communauté. Un immeuble adapté au 3e âge va leur survivre.

Au cœur du bourg, la transformation de la ferme des Dubois en immeuble de neuf logements adaptés sera mise à l’enquête au printemps. Le projet d’EMS sur un autre site sera mis sur les rails dans un second temps.

Au cœur du bourg, la transformation de la ferme des Dubois en immeuble de neuf logements adaptés sera mise à l’enquête au printemps. Le projet d’EMS sur un autre site sera mis sur les rails dans un second temps. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un cadeau du ciel! Voilà comment on pourrait résumer l’héritage de Maguy et Loulou Dubois. Ce couple d’agriculteurs bien connu des Saint-Preyards avait pris le taureau par les cornes avant son décès, pour faire bénéficier ses concitoyens des biens amassés durant une vie de labeur.

«Ils vivaient modestement et ne dépensaient rien», résume André Bugnon, ancien syndic et président du Conseil national, chargé d’administrer le tout au sein d’une fondation qui porte leur nom. «Ils disposaient d’une ferme en plein cœur du bourg, de terrains agricoles et d’une fortune de 800'000 francs, le tout acquis par leur travail ainsi que par la vente de quelques parcelles de vigne et de terrain à la Commune. Ce montant peut paraître énorme, mais il faut comprendre qu’il a été accumulé petit à petit. Comme ils n’avaient pas d’enfants, ils ont réfléchi assez tôt à ce qu’ils voulaient en faire, et l’idée de les rendre à la communauté a rapidement fait son chemin.»

Très actifs au village comme au sein des sociétés locales, que ce soit à la gym, aux Paysannes vaudoises, au Conseil communal, à la commission scolaire et même à la Municipalité pour Loulou, les Dubois étaient à la fois discrets et connus de tous. «Ils aimaient leur commune, et leur volonté ne me surprend finalement pas tant que cela», glisse André Bugnon.

L’ancien politicien s’est donc attelé à donner un sens à cette manne providentielle. «Je précise que je ne suis pas seul, puisque le conseil de fondation compte cinq personnes, dont deux membres du Foyer, l’association qui gère le bâtiment où se trouve une garderie ainsi qu’une salle de réunion, et dont les Dubois étaient proches. Le mandat confié vise en particulier à aider les aînés, notamment leur maintien à domicile, et nous voulons que cet appui se fasse de manière concrète pour les personnes concernées.»

Ainsi, la Fondation a déjà financé une étude, confiée à Pro Senectute, afin d’établir un guide de petites mesures à prendre intelligemment pour transformer un appartement afin d’y prolonger le séjour. «Pour une personne âgée, taper sur la vitre d’une cuisinière pour l’allumer devient difficile, explique André Bugnon. Il faut des boutons qui se tournent, mais cela coûte un peu d’argent. C’est tout de même mieux de favoriser ces modifications plutôt que d’envoyer quelqu’un à l’EMS à cause de sa cuisinière!»

EMS en réflexion

Par ailleurs, la Fondation vient de vendre les terrains agricoles aux paysans de Saint-Prex, selon une répartition équitable, avec une idée étonnante pour utiliser le montant encaissé. «Notre Commune vient de faire beaucoup de choses pour les jeunes, les gens actifs, mais ne s’est pas encore préoccupée des aînés. Ainsi, nous avons promis une somme de 250'000 francs à la Municipalité pour financer l’étude d’un EMS ou un concours d’architecture allant dans ce sens.» Une façon de forcer la main des autorités? «Bien au contraire, se réjouit le syndic Daniel Mosini. Nous avons cette idée en tête et avons lancé une réflexion stratégique dans ce sens. La demande pour un EMS ne s’est pas vraiment manifestée jusqu’ici, mais les temps changent. Si nous pouvons collaborer avec la Fondation, j’en serai très heureux, même si l’on parle plutôt de la prochaine législature.»

En attendant, la mesure la plus spectaculaire va prendre les contours d’un immeuble de neuf logements adaptés, et non protégés, exactement à l’emplacement de la ferme des Dubois, en gardant notamment une partie des murs. «Nous avons d’abord pensé à vendre pour réaliser un petit locatif avec des appartements adaptés ailleurs. Mais bien vite s’est posée la question de savoir à quel endroit, en l’absence de terrain disponible. Puis le charme et le volume de la maison du village nous ont convaincus qu’il fallait créer ces appartements sur place.»

Ce projet, qui devrait être mis à l’enquête au printemps, va permettre d’offrir une solution idéale en plein cœur du bourg, tout en respectant à la lettre l’esprit des généreux bienfaiteurs qu’étaient Maguy et Loulou. «Je suis sûr qu’ils seraient très heureux de la tournure des événements», assure André Bugnon, en espérant «qu’ils nous suivent de Là-Haut…»

Créé: 03.01.2019, 20h09

Articles en relation

Mystérieux menhir retrouvé à Saint-Prex

Tolochenaz La Maison de la Rivière accueille un nouveau vestige du patrimoine Plus...

33 millions pour garder les Saint-preyards chez eux

Saint-Prex En 2012, la commune a acquis 122 logements. Ils ont été rénovés pour 5 millions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.