Un alliage secret va rendre Lausanne-triage moins bruyante

Chemin de ferUn métal développé pour les éoliennes de la mer du Nord va amener un peu de sérénité aux voisins de la gare de triage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A moins d’être spécialiste en chemin de fer, vous ne savez probablement pas ce qu’est un frein de voie. C’est pourtant cette installation qui exaspère nombre d’habitants de Lonay, Préverenges, Denges ou Echandens, car c’est ce dispositif qui cause les sifflements stridents de la gare de triage. En effet, c’est grâce à ses mâchoires qui frottent contre les roues du wagon lors de son passage que celui-ci est ramené à la vitesse lui permettant de traverser un jeu d’aiguillage et d’aller s’encolonner en douceur dans la bonne voie.

«Le frottement métal contre métal provoque ce sifflement» explique le chef de gare Dominique Meyer. Mais une solution miracle semble avoir été trouvée. Des pastilles d’un métal ressemblant à du laiton sont insérées dans les patins de contacts. Un alliage dont la composition est tenue top secret par le fournisseur des CFF. Il a été découvert grâce aux recherches menées sur les pièces de frictions des éoliennes de la mer du Nord.

Depuis quelques jours, deux freins de voies sont équipés de ces nouvelles pièces. Et même si la différence est nette selon les mesures des CFF, cela ne suffit pas encore pour permettre aux habitants de la région passer des nuits tranquilles puisque il y a cinq installations à Lausanne-triage. Les CFF espèrent pouvoir équiper les 3 freins restants et ainsi finir ces travaux chiffrés à plus de 650 000 francs avant le retour de l’hiver. A condition bien sûr que les pièces nécessaires soient livrées à temps par le fournisseur allemand.

Mais, déjà, les employés de Lausanne-triage pensent au futur et aux améliorations qui pourraient être amenées pour rendre leur gare toujours plus silencieuse. «Quand les wagons arrivent dans le contour cela siffle aussi, on pourrait essayer de mettre de ces tampons dans le rail», évoque le chef d’équipe Pascal Roh. Il parle aussi de placer des tapis de caoutchouc contre des pièces où frappent les attelages des wagons. «Oh mais ce sont surtout les freins de voies qui dérangent les habitants», s’étonne Irène Caron syndique d’Echandens, présente lors de la visite. Ce à quoi lui répondra malicieusement un employé CFF: «Quand les freins feront moins de bruit, je suis sûr que cela permettra d’entendre d’autres sons.»

Créé: 20.07.2012, 18h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.