L’ancien ferrailleur Lude n’a pas quitté Allaman

BisbilleLe brocanteur n’aurait pas respecté l’accord qu’il avait passé avec le propriétaire d’une vieille usine. Il avait jusqu’à hier pour vider son imposante brocante.

A son arrivée en 2011, Daniel Lude ne devait occuper qu'un étage de l'usine, mais il s'était étendu aux quatre niveaux.

A son arrivée en 2011, Daniel Lude ne devait occuper qu'un étage de l'usine, mais il s'était étendu aux quatre niveaux. Image: Alain Rouèche - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les jours de l’invraisemblable brocante de Daniel Lude, ancien ferrailleur de Nyon, étaient comptés à Allaman. Initialement, il devait restituer au 1er décembre les locaux de l’ancienne usine mauve, sise dans la zone industrielle au nord de la localité.

Lundi matin, sur place, force est de constater que l’accord signé il y a quelques mois entre le brocanteur et la société Promisa SA, propriétaire des lieux, n’aurait pas été respecté. A l’extérieur, l’incroyable bric-à-brac composé de centaines d’objets trônait encore devant le bâtiment.

Un peu plus tard dans la journée, plusieurs personnes chargeaient deux camionnettes stationnées devant la brocante. Une présence qui laisserait présager qu’un nouveau délai aurait été négocié par Daniel Lude.

«A ma connaissance, il n’y a pas eu d’échéance supplémentaire, glisse Me Andrea Rusca, conseil de l’ancien ferrailleur. Ce délai faisait partie des accords signés entre mon client et la société Promisa SA.» Interrogé sur l’avenir du lieu, l’avocat n’a pas souhaité s’exprimer davantage et renvoie la balle aux propriétaires.

Malgré plusieurs tentatives, ces derniers n’ont pas pu être joints hier. Du côté de la Commune, on ne souhaite pas s’avancer non plus. «La volonté municipale est de voir le nouveau projet se réaliser», souligne cependant Christian Dubey, municipal responsable des Bâtiments.

Pour mémoire, la société Promisa SA souhaite en effet bâtir un tout nouveau projet sur cette parcelle, qui verrait la création d’une résidence surveillée pour seniors ainsi que d’un bâtiment administratif pour accueillir des entreprises du secteur tertiaire. Mais avant, le plus dur sera sans doute de débarrasser l’immense capharnaüm. (24 heures)

Créé: 01.12.2014, 16h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.