L’Association Cantonale de Gymnastique pourrait installer son QG à Morges

InfrastructuresLa commune est en pôle position pour accueillir le futur centre cantonal.

Chiffrée entre 10 et 12 millions de francs, l'infrastructure pourrait voir le jour à quelques pas de la patinoire.

Chiffrée entre 10 et 12 millions de francs, l'infrastructure pourrait voir le jour à quelques pas de la patinoire. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le constat est brutal: sur les 32 gymnastes artistiques faisant partie du cadre national suisse 2018, aucun n’est issu de clubs du canton. «Le déclin est incontestable, commente le Morgien Alain Golay, figure incontournable de la gymnastique vaudoise. À l’époque, nous avions de véritables stars comme «Titi» Fehlbaum ou Philippe Gaille. Mais on n’a pas su prendre le bon wagon au bon moment et on s’est retrouvé largué.»

S’il existe assurément plusieurs raisons pouvant expliquer cette évolution, une des causes principales identifiées est l’absence d’une structure centrale. Alors que d’autres associations cantonales possèdent leur propre complexe ou un accès privilégié à des infrastructures, l’Association Cantonale Vaudoise de Gymnastique (ACVG) n’est pas en mesure de proposer des conditions d’entraînement optimales, en particulier à ses sportifs d’élite. «Ceux qui pratiquent le trampoline ou les gymnastes artistiques féminines doivent, par exemple, se rendre au Centre Mondial du Cyclisme d’Aigle, indique le Morgien. Rien que cette location coûte 100'000 francs par année.»

Un groupe de travail, dont Alain Golay fait partie, a donc été formé pour étudier la possibilité de créer un centre cantonal vaudois. Et ce dernier n’a jamais été aussi proche de voir le jour. «L’idée serait de construire une double salle triple de gymnastique, détaille Alain Golay. Nos sportifs d’élite pourraient ainsi tous s’entraîner sous le même toit. On aimerait également intégrer dans ce complexe nos bureaux et y organiser les cours dispensés chaque week-end par l’ACVG. Trois ou quatre sites potentiels ont été identifiés. Notamment un terrain à Morges.»

La parcelle en question? Environ 5000 m2 situés au sein du futur quartier dit Prairie Nord, juste à côté de la patinoire. «Étant donné la situation géographique de la ville, relativement au centre du canton, ainsi que la proximité du lieu avec la gare et les accès autoroutiers, cette option serait le top du top à nos yeux. Une rencontre avec la Municipalité morgienne a déjà eu lieu. Et les autorités nous ont donné le feu vert pour aller de l’avant.»

L’ACVG aimerait bénéficier d’un droit distinct et permanent de superficie. Une solution probablement envisageable pour la Commune, qui pourrait d’ailleurs trouver son compte dans le projet de l’organisation gymnique. En effet, la construction d’une école est prévue dans la zone dite Prairie Nord. «Les élèves pourraient utiliser la salle de gymnastique pendant la semaine», assure Alain Golay.

Reste que la réalisation de l’infrastructure est jugée utopique par certains. Une chose est sûre: il sera impossible pour l’ACVG de payer la facture à elle seule. Dès lors, l’association imagine des solutions. Notamment un soutien du Canton. En décembre 2017, le Conseil d’État a d’ailleurs proposé au Grand Conseil un crédit-cadre de 22 millions de francs pour contribuer à la construction ou à la rénovation d’installations sportives d’importance régionale. Une volonté politique de développement des infrastructures dont l’ACVG compte bien profiter. Même si d’autres sources potentielles de financement sont également étudiées. «Nous réfléchissons à mettre sur pied un partenariat avec une entreprise qui pourrait, par exemple, donner son nom au complexe», révèle Alain Golay.

Voir la nouvelle Giulia Steingruber s’entraîner à Morges n’est pas encore près d’arriver. Mais les instances de la gymnastique vaudoise semblent bien décidées à revenir sur le devant de la scène, quelques semaines après avoir annoncé la candidature lausannoise à l’organisation de la Fête Fédérale de Gymnastique 2025. Une manifestation qui pourrait donner la dynamique nécessaire pour que le projet de Centre Cantonal Vaudois de Gymnastique soit définitivement sur les rails. C’est en tout cas ce que l’ACVG – dont le comité n’a pas souhaité s’exprimer officiellement – espère. (24 heures)

Créé: 09.01.2018, 18h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

C'est la guerre du rail entre CFF et BLS. Paru le 20 avril 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...