Attaché à ses résidents, le directeur de l’Espérance tire sa révérence

EtoyAprès quatorze ans passés à la tête de l’institution spécialisée, Charles-Edouard Bagnoud prend sa retraite.

Agé de 66 ans, Charles-Edouard Bagnoud prendra sa retraite en septembre.

Agé de 66 ans, Charles-Edouard Bagnoud prendra sa retraite en septembre. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis indéfectiblement attaché à L’Espérance.» Après quatorze ans à la tête de l’institution spécialisée pour personnes atteintes de déficience mentale, à Etoy, Charles-Edouard Bagnoud tirera sa révérence le 30 septembre. L’homme de 66 ans se prête à l’exercice du bilan avant de passer le flambeau à son successeur, Jean-Claude Pittet, ancien directeur de la Fondation du Relais, à Morges.

A l’heure de jeter un coup d’œil dans le rétro, Charles-Edouard Bagnoud met l’accent sur un point. Lorsqu’il a pris les rênes de L’Espérance, qui accueille 300 bénéficiaires, il avait un objectif en tête: offrir aux résidents les mêmes opportunités que tout un chacun. «C’est ce qu’on appelle la valorisation des rôles sociaux. Dès mon arrivée, nous avons fait de ce concept l’une de nos priorités.»

Droit à la sexualité

Un exemple? La sexualité. Les équipes, formées en ce sens, dispensent des conseils aux résidents autour de leur vie intime, avec l’appui d’une sexopédagogue. L’Espérance fait aussi appel à des assistants sexuels. «La ratification par la Suisse de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées a changé le regard du public et a permis de donner plus de considération aux patients atteints de déficience.»

Si la perception du handicap a évolué au fil des décennies, d’autres paradigmes ont passablement changé la donne en termes d’accompagnement des bénéficiaires. «Avec les progrès de la médecine, ils vivent plus longtemps, ce qui demande des adaptations en termes de soins et d’infrastructures.» D’ailleurs, L’Espérance ouvrira en 2019 une structure destinée aux résidents vieillissants.

Thérapie équestre à L'Isle

Autre évolution marquante, mais dont les causes restent floues: l’augmentation des troubles du spectre de l’autisme. «On ne s’explique pas cette recrudescence. L’une des hypothèses tient au fait que les gens ont des enfants de plus en plus tard, mais cela n’explique pas tout.» Là encore, l’institution a pris les devants pour offrir un cadre de vie douillet aux jeunes atteints de ce trouble. «Nous avons reçu, en don, un complexe équestre à L’Isle, où nous allons créer un internat scolaire doté de cinq appartements et de deux classes. Une ergothérapeute proposera un travail avec des chevaux.»

Construction de la structure pour les résidents vieillissants, création d’un internat, mais aussi rénovation des ateliers: le nouveau directeur aura du pain sur la planche. «Je suis persuadé que L’Espérance a tous les atouts pour continuer d’évoluer», conclut Charles-Edouard Bagnoud.

Créé: 17.08.2016, 08h17

Ouvert au public



Articles en relation

A Etoy, l’Espérance veut s’ouvrir vers l’extérieur

La Côte Les bénéficiaires des ateliers de l’institution pour handicapés profiteront du chantier d’extension pour travailler hors-les-murs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.