Passer au contenu principal

Le Beau Rivage de Nyon gardera son style classique

Avec ses balustrades en fer forgé, le fleuron de l’hôtellerie, qui s'était effondré en juin dernier, renaît dans la tradition.

Fermé depuis 2015, en ruines depuis 2018, le Beau-Rivage retrouvera bientôt tout son lustre.
Fermé depuis 2015, en ruines depuis 2018, le Beau-Rivage retrouvera bientôt tout son lustre.
LDD

«Nous voulons garder le style classique du Beau-Rivage historique et rendre une certaine unité à l’ensemble», commente Brahim Dahmani, administrateur de la société propriétaire de cet ancien fleuron de l’hôtellerie nyonnaise, dont une partie s’est effondrée le 28 juin dernier alors que le bâtiment était en attente d’être transformé et agrandi. Aujourd’hui, après des mois de coûteux travaux de démolition et de sécurisation des ruines, il peut enfin soumettre à enquête publique complémentaire le projet définitif de rénovation.

Que les Nyonnais attachés au passé se rassurent, le futur Beau-Rivage ressemblera comme un petit frère à l’ancien. Il gagnera même en cohérence, car la démolition totale du corps central et des deux façades donnant sur le lac a permis d’améliorer les alignements et les différences de niveau qui subsistaient entre l’hôtel d’origine, dont il fallait conserver de vieux planchers, et le bâtiment contigu racheté pour y mettre de nouvelles chambres. «Nous pouvons maintenant créer une dalle unique entre les deux, ce qui permet de mieux agencer les locaux», se réjouit l’administrateur.

La Commune et l’association Pro Novioduno s’étaient opposées à une première extension prévoyant l’ajout côté lac d’un cube de verre. La deuxième version, plus traditionnelle, avait obtenu le permis de construire, qui est toujours valable. La reconstruction totale – seuls les murs de l’entrée, côté rue de Rive, seront conservés – permettra de créer 58 chambres (116 lits), trois salles de conférences, un centre de wellness au rez inférieur, un restaurant pour l’hôtel et une brasserie ouverte au public, avec terrasses au rez et à l’étage. L’ensemble est devisé à 16 millions de francs. Les travaux devraient débuter dès la fin de l’enquête publique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.