«C’est un moment très agréable»

Région nyonnaiseAvec l’aval de Coinsins mercredi soir, le dispositif de financement des projets régionaux entrera en force.

Gérald Cretegny, président du Conseil régional, est ravi de cette décision.

Gérald Cretegny, président du Conseil régional, est ravi de cette décision. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comment se sent le patron du Conseil régional?
Très, très bien, je vis là un moment vraiment agréable. Avec le «oui» de Coinsins au DISREN (n.r.l.r.: Dispositif d’investissement solidaire de la région nyonnaise), nous disposons enfin d’un outil efficace pour financer les projets interrégionaux. Les trois quarts de nos membres l’ont accepté, c’est le minimum que nous avions fixé. C’est l’aboutissement d’un très long travail, avec d’abord le rejet d’un premier dispositif, le PIR, pour arriver, le 1er juillet prochain, à l’entrée en action du DISREN. D’ici là, sept communes doivent encore se prononcer.

Concrètement, cela signifie quoi?
Que chaque commune participante consacrera, ces trois prochaines années, au maximum un point d’impôt au financement de projets régionaux. Elles devront en tenir compte, même s’il n’est pas certains que ce soit toujours le cas. Reste qu’il s’agit d’un outil de coordination, pas de mise sous tutelle, comme certains l’ont craint.

Et, justement, pour les trois communes qui ont refusé ce dispositif?
Rien ne changera, à part qu’elles ne seront pas solidaires avec les autres membres du Conseil régional. La porte leur reste ouverte si elles désirent nous rejoindre. Dans le cas contraire, si un projet les concerne directement, elles participeront au co-financement, selon une répartition encore à définir.

Le DISREN acquis, il vous reste à régler le problème des nouveaux statuts, torpillés par Commugny au début du mois.
Cette situation nous met clairement dans l’embarras, d’autant que partout ailleurs, ces mêmes statuts passent sans réelle opposition. On cherche donc des solutions pour régler le problème en restant dans le cadre de la loi. Au pire, on vivra avec les statuts actuels comme aujourd’hui.

Créé: 26.03.2016, 18h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.