Passer au contenu principal

Avec son cadre idyllique, L’Esplanade a tout pour gagner les cœurs

A Aubonne, l'adresse panoramique connaît une nouvelle vie, avec un accueil sympathique et une cuisine délicate

L’Esplanade prend un nouveau départ dans un cadre unique avec Sébastien Moulot et son associé.
L’Esplanade prend un nouveau départ dans un cadre unique avec Sébastien Moulot et son associé.
FLORIAN CELLA

On dit souvent, dans la vie, que la première impression peut s’avérer capitale. C’est le cas à Aubonne, où il suffit de faire un pas dans la salle à manger de l’Esplanade pour se sentir à l’aise.

Dominant le Léman, l’espace ressemble à celui d’un manège de fête foraine où les tables ont remplacé chevaux et voitures qui tournent. Il faut dire qu’il est temps pour ce restaurant de faire monter les clients «à bord», celui-ci ayant souvent changé de main ces dernières années. Depuis l’automne, il a été repris par Sébastien Moulot et Nicolas Guigelay, dont on sent qu’ils ont à cœur d’en faire un lieu où l’on a envie de revenir, l’accueil étant particulièrement soigné et sympathique.

Reste à convaincre également dans l’assiette, la carte variée, mais pas trop, et équilibrée ayant déjà valeur d’appétissant amuse-bouche. Un bon point pour la sélection des vins, qui accorde une bonne place aux crus de la proche région (mention pour le Gamaret-Garanoir d’Aubonne de la Cave Rossier), tout en proposant une belle sélection internationale.

Si les deux menus, «Passion» (55 fr.) et «Sensation» (63 fr.), semblent s’attirer beaucoup de faveurs sur les tables voisines, nous avons opté pour l’œuf mollet frit en entrée (15 fr.), excellente suggestion déposée sur une compotée de légumes à la provençale annoncée tiède mais servie un peu trop fraîche. Rien à redire en revanche pour le tartare de bœuf (18 fr.), qu’on n’a pas forcément l’habitude de prendre en préambule, manifestement à tort!

Dans cette atmosphère que l’on qualifie pour notre part de brasserie gourmande, le carré de porc de la Ferme en Croix de Vullierens (cuisson parfaite) s’est avéré un excellent choix (36 fr.) alors que la carte de visite de l’établissement, la truite servie façon papillon et sans arête (35 fr.) mérite que l’on s’y arrête. Un petit bémol tout de même sur les garnitures, surtout décoratives. Sentiment cependant vite gommé à l’arrivée des desserts, avec un café gourmand (12 fr.) aux produits «maison», un délice aussi bien pour les yeux que les papilles.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.