Passer au contenu principal

Les Caf’Conc’ semblent repartis pour de bon et tiennent leurs promesses

Après avoir tiré la prise l’an dernier, les Caf’Conc’ ont tout de même eu lieu cet été.

Les Caf'Conc' sont un rendez-vous de l'été toujours convivial.
Les Caf'Conc' sont un rendez-vous de l'été toujours convivial.
Alexandre Grieu

Créés en 2001, les Caf’Conc’ sont devenus un rendez-vous prisé des Morgiens. Chaque vendredi d’été, tout un chacun est attendu pour partager un verre et un bon moment dans la cour du Collège du Bluard. Pourtant, l’an dernier, les organisateurs annonçaient la fin de ces débuts de soirée festifs.

Pas pour longtemps puisqu’une équipe de sept motivés a relancé la machine pour l’été 2019. «On l’a fait pour la population qui venait au Caf’Conc’ et y était attachée, explique Steven Kubler, président du comité d’organisation. Le concept offre avant tout une ambiance particulière. Vous pouvez venir seul, vous êtes sûrs de ne pas le rester. On a copié-collé ce qui se faisait jusqu’alors et les bons retours sont là. Les gens répondent présent. Il faut croire que l’on a bien fait de se lancer.»

À mi-saison, le bilan est plutôt positif. «À part le premier vendredi où notre «baptême du feu» s’est fait sous la pluie, nous n’avons eu que des soirées idéales», assure le trentenaire. Pour autant, rien ne dit que le rendez-vous perdurera. «Nous nous sommes engagés pour 2019, explique le notaire morgien. Pour l’instant, nous sommes très contents du résultat mais la question de la suite se posera à la fin de la saison.» Avant d’ajouter: «C’est un travail d’équipe. Seul, on ne fait rien. Mais si tout le monde est motivé à repartir pour un tour, on poursuivra l’aventure.»

Car au-delà d’un lieu festif et de rencontres, les Caf’Conc’ sont aussi importants dans la vie des sociétés locales. «Il y a 11 événements et, à chaque fois, c’est une société différente qui tient le bar, explique Steven Kubler. C’est un moyen d’être visible et également de toucher un petit revenu car les recettes sont partagées.» De plus, les orchestres qui se déplacent chaque semaine sont friands de ce genre de rendez-vous et les enseignes morgiennes y participent également. «On joue la carte locale à fond, c’est aussi ça qui plaît», relève le président. Reste à savoir si cette philosophie permettra aux Caf’Conc’ de continuer?

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.