À la chasse aux millions pour le Centre aquatique

MorgesLes Communes du district doivent financer un quart du projet phare de la région. Un jackpot que deux syndics espèrent décrocher.

Devisé à 65 millions de francs, le Centre aquatique de Morges se fera à la condition, notamment, que les communes en dehors du chef-lieu parviennent à réunir un financement à hauteur de 15 millions.

Devisé à 65 millions de francs, le Centre aquatique de Morges se fera à la condition, notamment, que les communes en dehors du chef-lieu parviennent à réunir un financement à hauteur de 15 millions. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après de nombreux écueils, on pensait que le sort du Centre aquatique régional de Morges (CARM) serait scellé cette année, la Ville ayant pris soin de déposer le préavis tant attendu avant les vacances d’été. Les premières nouvelles indiquent clairement que le projet passera Noël au chaud, l’enjeu actuel étant de savoir si les villages en dehors de Morges – appelés à financer une part de 15 millions de francs – se prononceront avant ou après le chef-lieu. «Le faire sans attendre permettrait de donner un signe clair et positif aux conseillers morgiens», estime le syndic de Tolochenaz, Salvatore Guarna. «À titre personnel, je suis favorable à ce projet et nous avons d’ailleurs demandé aux promoteurs de venir le présenter lors du prochain Conseil.»

Premier Exécutif à avoir publiquement déclaré sa flamme à cette réalisation unique par son ampleur – 65 millions à se partager entre la Ville, le district et le partenaire privé –, Échandens ne jouera toutefois pas les premiers de classe. «Notre enthousiasme n’a pas baissé, assure Jérôme De Benedictis, syndic. Notre collège est à fond derrière le projet, mais la décision revient à notre Conseil communal. Qui se prononcera toutefois après Morges, car nous ne voulons pas polluer leurs débats avant l’heure.»

Car le timing peut se révéler être une arme à double tranchant. «Si une Commune comme Lonay ou Préverenges décidait d’y aller sans attendre, un vote positif aurait une influence majeure. Le hic, c’est qu’un refus pourrait provoquer un effet domino dont personne ne veut être responsable», explique un municipal très au fait du dossier. Afin de rassurer – et d’une certaine manière de mobiliser – les troupes, un duo de syndics a pris sur lui de ratisser la campagne afin d’expliquer le concept et convaincre les villages de passer à la caisse, y compris ceux qui ont rechigné à monter dans le train à l’origine. «Nous avons pour mission de trouver 15 millions de francs et nous y parviendrons», martèlent Anne-Christine Ganshof (Vufflens-le-Château) et Luc Maurer (Clarmont). «Si le district n’est pas capable d’amener sa part, il n’y aura pas de plan B et donc pas de Centre aquatique!»

Garanties nécessaires

Si le projet – qui donne l’impression de traîner en longueur – semble séduire une majorité d’élus, ceux-ci veulent tout de même des garanties avant d’aller le «vendre» à leurs assemblées communales, comme le résume bien le syndic de Montricher, Didier Amez-Droz. «Ce centre est génial et il répond vraiment à un besoin de la population. La question réside bien entendu dans le financement qui nous est proposé en deux temps. Pour la plupart des Communes, participer à l’investissement initial représente un effort important mais réalisable. Ce qui nous inquiète plus, c’est la facture annuelle des coûts d’exploitation qui nous engagent sur trente ans et qui se basent sur un business plan très ambitieux avec beaucoup de visiteurs. Que se passera-t-il s’ils ne sont pas au rendez-vous?»

«Nous verrons bien si la solidarité régionale existe dans les faits, ce que je crois évidemment»

De village en village, Luc Maurer pointe le doigt sur ses tableaux Excel et assure que tout a été prudemment calculé avec «seulement» 200 000 francs à la charge des Communes chaque année (contre 600 000 pour Morges). «Ces questions sont normales et nous sommes là pour y répondre. À ce jour la majorité des Municipalités dit vouloir attendre le verdict de Morges alors qu’une minorité souhaite aller de l’avant sans attendre. Nous verrons bien si la solidarité régionale existe dans les faits, ce que je crois évidemment.»

Des bonnes nouvelles – potentielles – arrivent puisque Étoy, qui avait refusé d’entrer dans le capital de la société anonyme, a décidé de demander à son Conseil de se positionner, alors que rien ne l’y obligeait. Mais le contraire est aussi possible dans de petits villages où les préavis se déposent, se discutent et se votent lors de la même soirée, avec des résultats qui peuvent dépendre de l’humeur du moment ou des dépenses faites juste avant…

Créé: 12.09.2019, 06h55

Morges prend son temps

Si de nombreuses Communes attendent un signe du chef-lieu avant de se jeter à l’eau, elles devront s’armer de patience. Déposé en juin, le préavis morgien a fait l’objet d’une séance de commission avant l’été et d’une autre tout récemment. «Nous n’en sommes qu’aux balbutiements, c’est-à-dire aux questions tournant autour des documents fournis par la Municipalité et à l’examen des premières réponses reçues de celle-ci», explique le président de la commission ad hoc, le PLR Pierre Marc Burnand, connu pour son sens aiguisé du détail. «Sauf cataclysme, nous ne serons pas en mesure de rapporter avant le printemps prochain.»

Articles en relation

Centre aquatique: frais annuels plus élevés que prévu

Morges Le chef-lieu du district devrait finalement payer 1,25 million chaque année pour la future infrastructure. Soit environ 1 million de francs de plus qu’attendu. Plus...

Centre aquatique: le prix à payer par chaque commune

Morges Chaque localité membre du projet connaît désormais le montant qu'elle devra débourser pour continuer l'aventure. Plus...

La guerre des chiffres agite le Centre aquatique

Morges Le chef de projet rejette les prévisions financières alarmistes de certains élus. Plus...

Les hostilités sont lancées contre le Centre aquatique

Morges Le syndic monte au créneau alors que des chiffres hypothétiques ont été avancés par un conseiller. Plus...

Premier obstacle pour le Centre aquatique de Morges

Morges Une piscine couverte plus simple réclamée par un élu sera au centre des débats du Conseil communal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.