Pour son chef, le Centre aquatique ne patauge pas!

MorgesS'il comprend les remous autour du projet majeur de tout un district, Stéphane Buthey assure que le dossier est maîtrisé.

Le chef de projet du Centre aquatique de Morges Stéphane Buthey estime que le projet est maîtrisé avant d'en dévoiler les contours en novembre.

Le chef de projet du Centre aquatique de Morges Stéphane Buthey estime que le projet est maîtrisé avant d'en dévoiler les contours en novembre. Image: Sébastien Bovy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Est-ce le centre aquatique qui va faire plouf ou le projet de décision signé par 18 élus qui réclament sa transformation en une simple piscine couverte? La question se pose puisque, à tête reposée, certains conseillers communaux ont compris qu’ils avaient peut-être signé un peu vite le document présenté comme «censé faire bouger les choses», sans véritablement lire son contenu juste avant la séance de la semaine dernière.

Tout le monde s’accorde cependant sur une chose: le temps est bien long depuis que les communes – 34 au total – ont accordé leur soutien financier à la création de la société anonyme qui accompagne le dossier. «Je le comprends volontiers, mais c’est le destin d’une réalisation aussi conséquente», plaide Stéphane Buthey, chef de projet. «Les élus laissent à penser que nous traînons ou que nous n’avons plus le contrôle, mais c’est absolument faux. Nous allons choisir le groupement lauréat en octobre et présenter sa vision à la fin du mois de novembre. C’est plutôt à ce moment-là que les gens devraient s’exprimer librement.»

Pour l’heure, les deux candidats privés encore en lice cherchent surtout à affiner leur modèle financier, lequel devrait déboucher sur une clé de répartition entre la Ville de Morges, les autres communes et le futur exploitant. «C’est évidemment un point majeur sur lequel nous travaillons intensément actuellement, assure Stéphane Buthey. En fonction du taux d’intérêt obtenu auprès des établissements financiers, la part des collectivités publiques pourrait alors potentiellement être réduite.»

Car des 45 millions prévus à l’origine, l’estimation se chiffre plutôt entre 50 et 55 millions aujourd’hui, l’idée de réduire la voilure n’étant pas au programme. «Nous avons été mandatés par 34 communes pour réaliser un projet précis, ce n’est pas maintenant qu’il faut en changer. Et si nous autorisons un spa ou un fitness, c’est justement pour donner les meilleures chances de succès au centre lors de son exploitation.»

Mais si personne ne peut s’y parquer, n’est-ce pas un problème insoluble? «Là aussi, les élus s’inquiètent beaucoup sans peut-être connaître le contenu de nos études. Tous les projets ont été remis sur une base de 640 emplacements dédiés au stationnement (ndlr: les conseillers morgiens en exigent 200 de plus), alors que les groupements en lice pour la construction n’ont jamais considéré ce point comme problématique. Le centre aquatique va générer des entrées l’été, c’est évident, mais la capacité du parking est plutôt à prévoir en dehors de cette saison, ce qui semble parfaitement gérable.»

Créé: 11.09.2018, 16h42

Articles en relation

Un groupe d'élus veut noyer le futur centre aquatique morgien

Fronde Un projet de décision visant à l'abandon de la réalisation a été déposé. L'Exécutif est prié de revoir ses ambitions. Plus...

Morges fait fi du Canton et veut plus de places de parc

Stationnement Malgré un préavis cantonal négatif, l'Exécutif continue les démarches pour augmenter la taille du futur parking du Parc des Sports. Plus...

A Morges, le parc des Sports pourrait encore prendre du retard

La Côte Le Canton a rendu un préavis négatif concernant la demande d’augmentation du nombre de place du futur parking. Une décision susceptible de bloquer le dossier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.