Le château de L’Isle abrite un trésor unique en Suisse

PatrimoineConçus à la fin du XVIIe siècle, les cuirs de Cordoue du château ont été restaurés. Ce sont les plus anciens du pays.

Les membres de l'Association des amis du château de L’Isle (ici: François Reymondin) ont trouvé les fonds nécessaire à la restauration des cuirs.

Les membres de l'Association des amis du château de L’Isle (ici: François Reymondin) ont trouvé les fonds nécessaire à la restauration des cuirs. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis quelques jours, de somptueuses tapisseries garnissent les murs du Grand Salon du château de L’Isle. Leur particularité? Ces grandes tentures dorées ne sont pas en tissu, mais en cuir. Après moult péripéties, ces précieux témoignages du passé ont été soigneusement restaurés et ont retrouvé leur demeure originale.

Confectionnés en Hollande à la fin du XVIIe siècle, ces cuirs de Cordoue – qui doivent leur nom à un savoir-faire en vogue à Cordoue au Moyen Age – sont les plus anciens de Suisse, du moins dans ce format. Ils font la fierté d’Achisle, association des amis du château de L’Isle, qui a récolté les 120'000 francs nécessaires à la restauration des précieux revêtements muraux ornés de subtils motifs floraux.

Enroulés au fond d'une cave

Trônant dans le majestueux Grand Salon du château bâti en 1696, les cuirs de Cordoue auraient pu ne jamais revoir la lumière du jour. Ces trésors patrimoniaux ont effet passé plusieurs années enroulés au fond d’une cave, en proie à la poussière.

Membre d’Achisle, François Reymondin raconte leur histoire: «A la fin du XIXe siècle, la Commune de L’Isle a racheté la propriété. A vrai dire, elle s’intéressait plus aux domaines, aux forêts et aux pâturages qu’au château lui-même. Elle a même songé à démolir cet édifice de style versaillais!» Pour éponger les dettes, les autorités mettent en vente le mobilier et les objets. Le patrimoine de Charles de Chandieu, seigneur de L’Isle et bâtisseur du château, est éparpillé.

Don au château

Les cuirs de Cordoue, eux, se retrouvent dans une famille bourgeoise lausannoise. «Ils ont été assemblés différemment. Par chance, rien n’a été jeté», rapporte François Reymondin. Il y a quelque temps, leur dernier propriétaire, Michel Bugnion, décide d’en faire don au château de L’Isle. A condition qu’ils soient restaurés, replacés dans le château, présentés au public et conservés de manière adéquate.

Cette mission a été confiée à une spécialiste de la conservation et de la restauration du cuir (lire ci-contre) . Fin juin, les tentures avaient retrouvé leur aspect d’origine et ont regagné leur demeure. A un détail près. «Au départ, ils se trouvaient dans la salle située au-dessus, mais elle est utilisée par l’école et pour les séances du Conseil communal, confie François Reymondin. Nous avons donc préféré les accrocher dans le Grand Salon.»

(24 heures)

Créé: 11.07.2015, 10h34

Des motifs originaux

Dans les cours européennes des XVIe et XVIIe siècles, le cuir de Cordoue était du dernier chic. Les artisans le fabriquaient avec de la peau de veau, qu’ils recouvraient de feuilles d’argent avant de passer un vernis jaune – d’où sa couleur dorée. Dernière étape: la peinture.

«A L’Isle, le cuir a été à la fois repoussé et ciselé, ce qui est très original, observe Céline Bonnot-Diconne, restauratrice. De plus, on y trouve des motifs rarement conservés, peints à partir de laques rouges et vertes. Ce sont des tentures uniques.»

Avant de se mettre au travail, la restauratrice a établi un constat chez le propriétaire. «Ils étaient enroulés, très déformés et présentaient de nombreuses déchirures anciennes mal réparées.» La spécialiste a donc procédé à des réparations minutieuses puis au nettoyage des surfaces. Enfin, il a fallu penser à un nouvel accrochage pour que le cuir ne se détériore pas.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...