Des citoyens déterminés à protéger Tolochenaz

InitiativeSept habitants ont déposé une initiative afin que la population puisse accompagner les grands projets d’aménagement.

Le village de Tolochenaz connaîtra une forte croissance démographique dans les années à venir.

Le village de Tolochenaz connaîtra une forte croissance démographique dans les années à venir. Image: Vanessa Cardoso - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Petit village tranquille à quelques encablures de Morges, Tolochenaz s’apprête à vivre un tournant dans son histoire. Dans les quinze prochaines années, la commune de 1800 âmes connaîtra en effet un véritable boom démographique. Pour mémoire, rien que le futur quartier du Molliau devrait accueil­lir près de 2000 personnes. Une forte croissance qui n’est pas du goût de tout le monde.

Sept citoyens – emmenés par la Communauté d’intérêts de Tolochenaz (CiTol) – ont déposé hier à la Commune l’initiative populaire «L’aménagement du territoire est l’affaire de tous». Ils attendent dés­ormais le feu vert des autorités avant de se lancer dans la récolte de paraphes. C’est la deuxième tentative du genre après un premier échec essuyé par la CiTol devant la Cour constitutionnelle.

«Nous demandons une adjonction au règlement communal sur le plan général d’affectation, précise Jean-François Huguelet, l’un des signataires, confiant. Cet ajout vise à poser un cadre participatif pour tout projet d’aménagement d’importance à Tolochenaz. Une partie de la population réclame de pouvoir participer activement à certains projets alors que, depuis des années, nous sommes uniquement spectateurs du changement.» Et, pour faire entendre leurs voix, les initiants n’y vont pas de main morte. Ils demandent ainsi que les grands projets d’aménagement – ceux qui engendrent une hausse d’au moins 20% de la population – soient «élaborés sur le modèle de la concertation et soient soumis à un référendum obligatoire».

Interrogé sur ce dernier point, Jean-François Huguelet estime que «les autorités n’auront pas à craindre que le référendum automatique aboutisse sur le refus d’un projet. Du moment qu’un système participatif est mis en place, les gens n’ont pas de raison de s’y opposer. C’est plus un couronnement qu’un frein.»

Syndic de Tolochenaz, Salvatore Guarna pense au contraire que «cette initiative est trop restrictive. Je rappelle que certains projets font partie du PALM et nous avons peu de marge de manœuvre. Nous allons consulter notre avocat et verrons la suite à donner.» Revenant enfin sur le référendum obligatoire, l’élu estime qu’il est inutile car il y a d’autres outils démocratiques qui permettent déjà de s’opposer à certains projets. (24 heures)

Créé: 30.04.2015, 11h11

Articles en relation

Un méga quartier doublera la population de Tolochenaz

Urbanisme La zone industrielle du Molliau sera transformée pour accueillir des habitants. De quoi doper les prévisions démographiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.