Un colosse aux mains d’or fait vibrer la pierre à Morges

Rendez-vous culturelEwald Brigger, sculpteur, a fondé le Symposium international de sculpture, qui débute ce mercredi.

Ewald Brigger sculpte avec passion depuis sa plus tendre enfance.

Ewald Brigger sculpte avec passion depuis sa plus tendre enfance. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En pénétrant dans le petit atelier d’Ewald Brigger, à la rue de la Gare, à Morges, l’impression d’être dans une autre époque se fait ressentir. Une épaisse couche blanche de granit recouvre les murs, les fenêtres et le sol, où des instruments en tout genre sont éparpillés. Un marteau, une massue, un chasse-pointe, des ciseaux à bois. La lumière du jour éclaire parfaitement la dernière création du maître sculpteur: un cochon qu’un boucher de la place lui a commandé quelques semaines plus tôt. Passionné depuis son plus jeune âge par ce métier d’autrefois, Ewald Brigger s’apprête à donner ce mardi le coup d’envoi du Symposium international de sculpture, qu’il a créé à Morges en 1992 (lire ci-contre).

En le regardant de plus près, le Morgien d’adoption, né en Valais il y a soixante-sept ans, a tout d’un géant. Avec ses 170 kg pour 1,90 mètre, sa longue barbe blanche, ses boucles poivre et sel ainsi que ses énormes chaussures qui le protègent de la chute de pierres, il ne passe pas inaperçu en ville. Depuis plus de trente ans, il taille la pierre, le granit, le marbre ou encore le bois avec passion. «Ce que je préfère, c’est le granit, car cela me rappelle les montagnes où je suis né», glisse le Haut-Valaisan dans un français approximatif.

La sculpture lui a surtout sauvé la vie il y a trente ans lorsque, après une chute de 10 mètres d’un échafaudage à Genève, il se retrouve cloué dans un fauteuil roulant. «Les médecins ne me donnaient que 5% de chances de remarcher un jour. J’ai donc décidé de me battre.» Ewald Brigger, qui garde aujourd’hui encore quelques séquelles de cet accident, réussit à s’évader en sculptant. «La sculpture, c’est un état d’esprit. Elle m’a donné la force de continuer.»

Dès l’enfance

Ce don, le Morgien l’exploite depuis son enfance. Il avait à peine 9 ans lorsqu’il a commencé à tail­ler des pierres. Il se perfectionnera à Bâle, puis en Italie. L’homme, marié et père de deux enfants, a toujours souhaité faire découvrir son métier au grand public. Le Symposium international de sculpture a justement été créé dans cet objectif.

Selon ce colosse aux mains d’or, son métier se raréfie. «A l’heure actuelle, il y a principalement des marbriers, il n’y a plus beaucoup de sculpteurs, ce que je regrette», ajoute-t-il, alors qu’un épais nuage de poussière se forme dans son atelier lorsqu’il se lève de son tabouret. L’homme ressent aujourd’hui le besoin de communiquer sa passion aux générations futures. Son fils s’est lui aussi tourné vers la sculpture avant de choisir définitivement l’architecture.

Hommage morgien

Son savoir-faire, Ewald Brigger l’a également exporté loin des frontières morgiennes. Il y a quinze ans, il a ainsi fondé une école de sculpture à l’île Maurice. Elle a fermé ses portes en 2012 par manque d’argent. Qu’importe, il compte désormais faire rayonner la sculpture depuis Morges. Une Ville qui lui a récemment rendu hommage et a reconnu tout son talent, en créant une allée des sculptures le long de l’Arsenal, au parc de l’Indépendance. «Je suis particulièrement fier de cette reconnaissance. C’est la plus importante.» (24 heures)

Créé: 09.06.2015, 16h07

Onze jours de sculpture au château

Les jardins du château de Morges accueillent dès aujourd’hui et jusqu’au 21 juin le Symposium international de sculpture. Quelque 31 artistes suisses et étrangers sculpteront devant le public tout au long de cette manifestation. Plus d’une centaine de pièces seront aussi exposées dans la cour d’honneur.

Plusieurs animations sont également au programme de l’événement. Ainsi, les enfants pourront participer à des ateliers de modelage sur argile, le mercredi 17 juin de 14 h à 15 h 30. Des soirées surprise permettront de découvrir cet art sous toutes ses coutures les vendredis 12 et 19 juin de 17 h à 20 h.

De plus, les visiteurs auront la possibilité de voter pour la plus belle sculpture afin d’attribuer le Prix du public.


www.symposiumsculpture.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.