Un groupe d'élus veut noyer le futur centre aquatique morgien

FrondeUn projet de décision visant à l'abandon de la réalisation a été déposé. L'Exécutif est prié de revoir ses ambitions.

Le centre aquatique verra-t-il le jour sur le site du Parc des Sports?

Le centre aquatique verra-t-il le jour sur le site du Parc des Sports? Image: Mickael Ammann

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un véritable coup de tonnerre qui a éclaté à Morges. Mercredi soir, un projet de décision demandant l’abandon du centre aquatique régional a été déposé par l’élu Philippe Laurent lors de la séance du Conseil communal. Au sein du document signé par 17 de ses pairs issus de tous les partis, le membre de l’Entente prie la Municipalité de «faire le nécessaire afin de surseoir aux procédures de sélection et d’adjudication en cours» ainsi que de réaliser dans les meilleurs délais une piscine couverte conventionnelle.

«Le préavis présenté en 2013 lançait le processus de réalisation d’un centre aquatique au parc des Sports et évoquait la conclusion d’un partenariat financier à l’été 2015, avec un début d’exploitation en janvier 2018, a-t-il déclaré devant l’assemblée. Il faut bien admettre aujourd’hui que les délais ont explosé.»

«Recentrer» le projet

Au vu de ces retards et des blocages enregistrés avec le Canton sur la question du nombre de places du futur parking souterrain, l’auteur du texte estime «urgent de recentrer le sujet sur ses origines». «La demande initiale en 2005 portait sur la réalisation d’une piscine couverte soit à l’état de neuf, soit par couverture de la piscine ouverte existante, a rappelé Philippe Laurent. Ce projet pouvait être financé en grande partie par la Ville de Morges, ce qui facilitait la gestion et l’avancement des travaux. Des extravagances ont finalement conduit à imaginer dès 2008 un projet quasi pharaonique à près de 50 millions de francs, nécessitant un partenariat public-privé ainsi que le soutien financier des communes du district.»

Avant d’ajouter: «Nous plaidons pour un centre aquatique revu à la baisse pour l’usage d’une population locale, moins générateur de trafic, moins demandeur en parking, moins cher, avec un impact moindre sur le parc des Sports et réalisable rapidement.»

Cinq ans après avoir accepté de participer à hauteur de 675'000 francs à la création de la société anonyme dédiée au projet, le Conseil communal pourrait donc tout faire capoter. Une éventualité qui ne semble toutefois pas faire l’unanimité dans les rangs de l’organe délibérant. Notamment au sein des deux plus grands partis, le PS et le PLR, dont seuls deux membres ont mis leur griffe en bas du texte. «Je comprends les raisons des signataires, mais je n’approuve pas la démarche, détaille le président morgien des Libéraux-Radicaux, Richard Bouvier. Il est vrai que le dossier traîne un peu en longueur, mais on ne peut pas abandonner cette réalisation sans savoir où on en est. Il est réellement temps que la Municipalité communique sur le sujet et nous indique si elle a trouvé ou non un partenaire privé. Avec davantage de transparence à l’endroit des membres de l’organe délibérant, nous n’en serions pas arrivés là. Lorsque nous aurons enfin toutes les cartes en main, il sera véritablement l’heure de prendre position quant à l’avenir de ce centre aquatique.»

Lauréat connu en 2018

Du côté de l’Exécutif, le silence est d’or. «Je ne peux pas réagir à ce stade, précise le syndic, Vincent Jaques. La Municipalité ne s’est pas encore déterminée sur ce sujet déposé mercredi soir, elle le fera logiquement en temps opportun. Mais comme annoncé en juin au Conseil communal, la procédure suit son cours. Le projet lauréat du centre aquatique sera connu avant la fin de l’année.»


«Ne pas abandonner»


Si certains conseillers communaux morgiens souhaitent voir couler le centre aquatique, ce n’est pas le cas de plusieurs municipalités des 34 communes partenaires du projet. «On sent que l’enthousiasme s’essouffle quelque peu, mais il s’avérerait regrettable de laisser tomber cette construction, confie le syndic de Cottens, François Delay. De gros frais ont déjà été engagés et Morges a un rôle important à jouer dans le district. Elle doit être une sorte de locomotive régionale.» Même son de cloche du côté de Cossonay. «Il est toujours difficile de développer des réalisations d’une telle ampleur, indique le chef de l’Exécutif Georges Rime. Cela prend beaucoup de temps et les gens ont parfois de la peine à le comprendre. Mais abandonner ce projet grandiose serait vraiment dommage.»

Créé: 06.09.2018, 18h08

Le projet de décision, une arme rare

Pour saborder la réalisation du centre aquatique, les opposants ont déposé un projet de décision. Une arme rarement brandie par les membres du Conseil communal.

La Municipalité a désormais quatre mois pour prendre position sur le sujet. Elle devrait en toute logique désapprouver cette proposition. Mais c’est l’organe délibérant qui choisira de la prendre ou non en considération.

En cas de vote positif quant à la poursuite de la procédure, l’Exécutif devrait présenter dans un délai d’une année un préavis sur le projet de décision, qui pourrait être accompagné d’un contre-projet.

Si on en arrive jusque-là, le dernier mot reviendrait alors aux conseillers communaux qui auraient le destin du centre aquatique entre leurs mains.

Articles en relation

La piscine couverte recherche son partenaire

Morges Quatre consortiums – trois suisses et un européen – sont en lice pour réaliser le futur Centre aquatique. Plus...

L’avenir du centre aquatique lié à la capacité de son parking

Morges La commission chargée d’étudier l’avenir du parc des Sports réclame 200 places de stationnement supplémentaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.