Le contournement de Morges pour les nuls

La CôteLe grand chantier autoroutier qui permettra de soulager le trafic entre la région de Morges et l'Ouest-Lausannois ne devrait pas commencer avant 2025-2030.

Les tracés de variantes de contournement.

Les tracés de variantes de contournement. Image: DR Philippe Fornay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis 2004, les scénarios se succèdent pour résoudre le problème de surcharge du trafic sur l'autoroute entre Morges et Lausanne. Le projet de contournement remue autant la ville de Morges, qui ne s’accommode pas de sa "balafre" érigée voilà un demi siècle, que le Canton et la Confédération, qui doivent résoudre l'épineux problème de la surcharge de trafic entre Morges et Lausanne, appelé à augmenter de 30% d'ici à 2030. Aujourd'hui, avec le passage de 100'000 véhicules par jour, le tronçon Morges-Ecublens compte parmi les plus surchargés du pays.

Après l'élimination de plusieurs variantes - à l'instar du petit contournement de Morges -, le principe d'une nouvelle autoroute de contournement par le Nord, étudiée par le Canton puis dès 2008 par la Confédération, se précise. Mais une telle réalisation, dans tous les cas, nécessitera quinze ou vingt ans de préparation avant que les travaux ne puissent démarrer.

Le Grand Conseil choisit la version longue avec piqûre

Le 6 février, une nouvelle étape était franchie dans ce copieux dossier. Le Grand Conseil décidait de soutenir le choix des chambres fédérales, en faveur d'un grand contournement.

Ce scénario envisage la construction d'une autoroute de contournement au nord de Morges, en majeure partie enterrée, qui relierait Tolochenaz à l'échangeur de Villars-Ste-Croix. Une petite bretelle d'accès, la "piqûre", qui déboucherait sur l'A1 entre Denges et Echandens, permettrait aux automobilistes de rejoindre Lausanne-Sud.

Dans cette version du projet, l'autoroute qui traverse actuellement Morges serait «déclassée» et transformée en «boulevard urbain». Coût estimé du projet: 3,2 milliards de francs. C'est l'option la plus chère parmi les scénarios envisagés, car elle impliquerait de réaménager l'actuelle autoroute.

Une ou deux autoroutes?

L'Office fédéral des routes (OFROU) a également retenu, en avril 2012, une autre solution possible: la construction d'un grand contournement mais avec le maintien de l'autoroute actuelle qui traverse Morges. Coût estimé de la variante: 2,3 milliards de francs.

Entre ces deux variantes, le sort de l’actuelle autoroute fait débat. Faut-il la maintenir en l’état pour répartir le trafic sur deux tronçons autoroutiers, ou la déclasser pour en faire une route cantonale à travers Morges?

Adieu le petit contournement

Une troisième option, celle dite du "petit contournement", a été repoussée par le Grand Conseil. L'OFROU s'était déjà prononcé en avril 2012 contre cette variante, qui consistait à contourner Morges par un petit tronçon d'autoroute qui rejoindrait l’ouest de Tolochenaz à Denges tout en déclassant le tronçon actuel qui coupe Morges en deux (lien). Ce scénario faisait l'objet d'une motion déposée en mai 2012 par le député Vert de Bussigny, Martial de Montmollin, intitulée «Sauvons le petit contournement».

Deux scénarios restent ainsi en lice, soit les deux versions «longues» qui relieraient l’échangeur de Villars-Sainte-Croix à l’autoroute actuelle à l’ouest de Tolochenaz, avec ou sans piqûre et déclassement de l'autoroute actuelle.

Les oppositions fusent

Depuis 2008, les communes de la région morgienne voient les propositions défiler. Plusieurs se sont fortement opposées à ces projets qui traversaient leur territoire. Des groupes d'opposants se sont formés pour défendre les intérêts de la région, à l'instar du collectif «Pour une mobilité sans nouvelle autoroute», qui se réclame des communes environnantes. Le collectif dénonce le principe d'un tracé long qui ne serait que partiellement enterré et qui ne ferait que déplacer le problème de quelques kilomètres.

La piqûre fâche les communes

Dans le scénario qui a les faveurs du Parlement, soit un grand contournement avec déclassement de l'autoroute actuelle, la petite bretelle rejoignant Lausanne-Sud n'est pas du goût des associations de défense des intérêts de la région. L'ARCAM et Région Morges, qui réunissent 70 communes, voient d'un très mauvais œil cette "piqûre" qui empiéterait sur les vignes. Les deux associations se sont prononcées pour la variante du grand contournement, à condition qu’il soit enterré, et sans la bretelle. Un avis qui n’a pas été pris en compte par les députés lors du vote du 6 février.

Prochaine étape

La balle est désormais dans le camp de l'OFROU. Le Conseil d'Etat vaudois attend ses consultations préliminaires. Dans les prochains mois, l'OFROU devrait ainsi finaliser l'étude des variantes retenues, afin de détailler les coûts des deux options. Dans un deuxième temps, les communes et les organismes concernés seront consultés.

Une fois l’étude de planification achevée, les Chambres fédérales devront se prononcer avant que les vraies études de projets commencent.

Créé: 06.03.2013, 13h14

Articles en relation

Le contournement de Morges passe mal à Lonay

Contournement de Morges Les habitant de l'Est morgien n'acceptent pas que les députés de la région aient pu voter pour une bretelle autoroutière qui bétonnera leur paysage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.