Entre craintes et sérénité, Crans attend «ses» réfugiés

AsileSalle comble, lundi soir, pour accueillir Philippe Leuba et, surtout, ses réponses avant la venue de cinquante requérants dans l’abri communal.

Il n'y avait plus la moindre place dans la salle communale de Crans pour entendre les réponses de Philippe Leuba. «Apparemment, tout le monde est là», s'est amusé le conseiller d'Etat.

Il n'y avait plus la moindre place dans la salle communale de Crans pour entendre les réponses de Philippe Leuba. «Apparemment, tout le monde est là», s'est amusé le conseiller d'Etat.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Effervescence à Crans-près-Céligny. Tous les parkings sont pleins, deux agents de police assurent la circulation, certaines rues sont mises en sens unique pour permettre le stationnement. Ce lundi soir, ce n’est pourtant pas la tête d’affiche de Caribana que les habitants se hâtent d’aller écouter, mais bien le conseiller d’Etat Philippe Leuba.

Pleine comme un œuf la salle communale du village bruisse de questions et dit beaucoup de la tâche qui attend l’élu, accompagné des responsables de l’EVAM et de la police cantonale: expliquer à la population pourquoi le Canton a réquisitionné l’abri de protection civil de la commune. Pour y placer des réfugiés, oui. Mais pourquoi? Et qui? Et quand? Dans le public, les mines sont sérieuses, l’attente est grande.

«C’est ma treizième séance de ce type, je sais vos craintes, je sais que votre situation n’est pas confortable», a démarré Philippe Leuba. Avant de répéter tout au long de la soirée, tel un mantra, qu’il servira ici un «discours de vérité». Lui n’a pas le choix, pas plus que la Commune. «Ces réfugiés arrivent d’Erythrée, de Somalie et de Syrie, dans des proportions jamais vues. On doit les accueillir et je n’ai pas une commune qui me contacte pour me proposer une solution, pas une.»

Les mêmes questions

Le discours est rôdé, les réponses éprouvées, car les questions et les craintes sont toujours un peu les mêmes (sécurité, contacts avec les enfants, deal…). Au citoyen qui craint la rougeole ou la polio au contact de populations pas vaccinées, Philippe Leuba détaille les contrôles effectués dès l’arrivée des migrants. Et ajoute: «Je ne suis pas médecin, mais si vous n’êtes pas vacciné, faites-le, car vous avez tout autant de risques d’être infecté par un bon Vaudois!» Le public rit de bon cœur.

A l’heure des questions, la première citoyenne à lever la main s’inquiète de voir ces réfugiés enterrés, mal lotis, dans un abri. Elle a droit à d’appuyées railleries dans l’assistance. En fin de débat, quelques rangs derrière, un habitant se lève. «On n’a pas le choix, dit-il avec un léger accent italien. C’est vrai, mais ces gens nous devons les accueillir comme nos invités. Le pire serait de ne pas chercher le contact, faisons tout pour qu’ils se sentent bien avec nous.» Dans la salle, les applaudissements sont nourris.

«Le pire serait de ne pas chercher le contact, faisons tout pour qu’ils se sentent bien avec nous.»

Au sortir de la séance, on parle anglais, allemand, les accents sont divers et les craintes pas complètement estompées. Mais les regards semblent moins inquiets. «Nous avons donné des réponses factuelles, rassure Philippe Leuba. Nous ne pouvons pas assurer que tout ira bien, mais nous n’avons connu aucun problème de sécurité dans les douze abris déjà ouverts, tout s’y passe bien.» Le syndic Jean-Léon Blanc se dit toujours serein. «Les questions ont été posées et les réponses données. La population comprend les enjeux et nous mettrons, tous, tout en œuvre pour offrir un accueil digne aux migrants.» Une cinquantaine d’hommes célibataires qui arriveront très vite, «dès que les derniers détails entre la Commune et l’EVAM seront réglés.»

Créé: 29.09.2015, 11h29

Articles en relation

Crans accueillera une cinquantaine de migrants

Asile Le Canton a réquisitionné l’abri PCi communal. Qui abritera très vite son lot de requérants d’asile. Plus...

A Villars, désillusion après la vente de La Clairière à l’EVAM

Alpes Vaudoises 2020 Soutenu par la commune, le projet d’hébergement touristique ne verra pas le jour. Le choix du Canton est pointé du doigt. Plus...

La pression monte sur le front de l’hébergement des migrants

Vaud Depuis juillet, l’EVAM a multiplié l’ouverture de foyers et d’abris PCi pour faire face à l’afflux de demandeurs d’asile. Plus...