Créer de l’électricité à la chute des Eaux-Minérales

EnergiePascal Germann compte installer une roue à augets au bas des chutes de la Morges. L’installation produirait 90 000 kWh par année.

Riverain de la Morges, Pascal Germann aimerait y installer une roue à augets.

Riverain de la Morges, Pascal Germann aimerait y installer une roue à augets. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En contrebas de la patinoire de Morges, la chute des Eaux-Minérales pourrait se muer en productrice d’électricité. L’idée a jailli dans l’esprit de Pascal Germann, résident de l’avenue du Moulin: pourquoi ne pas installer une roue au bas de la cascade en vue d’en tirer du courant? «Je m’intéresse aux énergies sous toutes leurs formes. Cela fait un petit moment que j’imagine un projet d’utilisation de ce lieu», explique-t-il. Il faut dire que le site s’y prête, puisqu’un moulin se dressait jadis à proximité, à la hauteur de l’actuelle tour du Moulin. Un autre se trouvait aussi plus haut sur la rivière.

Enthousiaste, Pascal Germann plante le décor: il imagine une roue à augets de 6 mètres de diamètre, en bois, reliée à une génératrice. «Et après, ce ne sont que des câbles. Cette structure ne modifierait pas le milieu naturel.» Il a d’ailleurs écarté la variante de la turbine, qui nécessiterait de créer un canal. «De plus, la mécanique et l’entretien d’une roue sont simples. Sans compter que l’impact visuel est en général perçu de manière positive par la population.»

Aussi bucolique soit-elle, cette structure hydraulique serait-elle réellement rentable? Le riverain de la Morges l’affirme: «La roue pourrait produire environ 90 000 kWh par année. J’ai pris des contacts au moulin de Saint-George, où une roue de 6,5 mètres a été installée. Cela fonctionne!»

Accord du Canton

Ébéniste de métier, Pascal Germann n’est certes pas spécialiste de ce type d’installations. Qu’à cela ne tienne: il s’est longuement documenté pour ficeler son projet, qu’il a présenté à la Ville puis au Canton, propriétaire du cours d’eau. «Le Service de protection de la faune était inquiet quant à l’impact du projet sur la rivière. Mais les poissons ne peuvent déjà pas remonter plus haut que la chute.» Du côté de la Division ressources en eau de la Direction générale de l’environnement (DGE), un représentant est venu ausculter les lieux en avril dernier et a demandé au Morgien de détailler ses desseins via un questionnaire.

Si le Canton devait donner son aval, Pascal Germann serait prêt à en assurer le financement, dont il estime le montant à quelque 60 000 francs. Il songe également à créer des synergies avec l’Association pour le développement des énergies renouvelables (ADER) pour concrétiser la construction du moulin. «Quant à la roue, je pourrais la fabriquer moi-même», sourit-il. Une fois la structure payée, le Morgien estime que «les revenus pourraient être versés à un «fonds de l’énergie», qui pourrait à son tour financer de futures installations productrices d’énergie, fonctionnant selon les mêmes lignes directrices.»

Créé: 02.01.2017, 16h58

Deux anciens moulins

Deux moulins fournissaient jadis la ville de Morges en farine. Selon le bulletin de l’Association pour la sauvegarde de Morges (ASM), l’un, dit «postérieur», a été remplacé par l’école primaire supérieure rurale; l’autre, dit «antérieur», dressé à la hauteur de la tour du Moulin, a été démoli dans les années 1960-1970.

En remontant dans le temps, l’on découvre que les deux installations ont été cédées par le duc de Savoie à la Ville de Morges en juillet 1532, puis qu’elles sont passées en mains privées en 1837. Au XIXe siècle, le moulin «antérieur» est acquis par un nouveau propriétaire qui y produit de l’huile de noix. A la fin des années 1950, la bâtisse est rachetée par une entreprise morgienne, qui y loge ses ouvriers lors de la construction de l’autoroute. Le bâtiment sera ensuite démoli et le terrain vendu.

Articles en relation

Un passionné fait renaître un ancien moulin-scierie

Patrimoine Jean-Baptiste Caillat a restauré un moulin à Chavannes- le-Veyron. Visite des lieux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.