Daniel Rossellat se bat pour garder la sphère à Nyon

Luna ClassicsTrouver une nouvelle affectation au seul actif de la faillite du défunt festival Luna Classics est plus compliqué que prévu.

Le festival Luna Classics sur la place du château (archives).

Le festival Luna Classics sur la place du château (archives). Image: Alain Rouèche

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il ne peut pas s’empêcher de manifester un brin d’amertume. Daniel Rossellat, syndic de Nyon et patron du Paléo, n’est pas du genre à se décourager mais il commence à trouver le temps long. Depuis près d’un an, au terme du dépôt de bilan puis de la faillite du festival Luna Classics, il se bat pour trouver une nouvelle affectation à son attraction phare, Luna, prototype de salle amovible réalisé par l’EPFL au prix de trois millions.

Destinée à abriter750 spectateurs de la pluie, la structure sphérique utilisée par un festival né à Saint-Prex en 2006 et accueilli par Nyon en 2014 a sans doute été le déclencheur principal de son fiasco retentissant l’année suivante. L’ardoise, aujourd’hui, est à la mesure des ambitions que sa fondatrice, Hazeline van Swaay-Hoog, a toujours affichées: 900 000 francs prêtés par le Canton et jamais remboursés, 220 000 francs dus à la Ville de Nyon et 700 000 francs, au total, de cachets impayés et de factures qui n’ont pas été honorées. Cela en dépit des deux millions versés par le groupe brésilien Vale, sponsor principal d’un festival de musique, chant et danse qui était parvenu à réunir 15 000 personnes en 2014.

Même si le Canton, dont la fondatrice de Luna Classics espérait un soutien à fonds perdu de 300 000 francs pour sauver l’édition 2015, est ainsi le principal créancier, le conseiller d’Etat Philippe Leuba, dans cette affaire, laisse la main au syndic de Nyon: «Je suis le dossier de près, mais c’est Daniel Rossellat qui est à la manœuvre, dit-il. Il a ma confiance et toutes les compétences nécessaires.»

Un grand défi

Compétences ou pas, trouver un nouvel avenir à la structure Luna, qui est le seul actif de la faillite, relève à tout le moins de la gageure. «Le but premier est de faire en sorte que les pouvoirs publics récupèrent leur argent et que les gens soient enfin payés. Pour cela, il faut trouver trois choses: un lieu où installer la sphère - ce pourrait être la place du Château -, l’argent pour la financer, à savoir des mécènes, et un concept de programmation qui tienne impeccablement la route, relève le syndic de Nyon. Je crois à l’avenir d’un tel festival, j’aimerais beaucoup le garder à Nyon, mais nous n’avons pas le droit de nous louper et les exigences de solidité financière sont dès lors très élevées.»

Il y a quelques mois, Daniel Rossellat a donc mis sur pied un groupe de travail chargé de présenter un premier projet à la Municipalité, mais la complexité du dossier, de son propre aveu, en a refroidi plus d’un. «Il ne faut pas perdre de vue que les paramètres à prendre en considération sont nombreux: le festival doit être complémentaire et non concurrent du Far° et des Variations musicales de Tannay, par exemple, et l’éventuelle installation de la sphère sur la place du Château ou ailleurs ne peut être que limitée dans le temps, alors que son montage revient à 150 000 francs et son stockage annuel à 50 000 francs environ», précise encore le syndic.

La bonne idée

Dans ces circonstances, Daniel Rossellat vient de prendre la décision de créer un nouveau groupe de travail, composé cette fois de personnes issues des milieux artistiques et chargé d’élaborer un projet concret et viable. «Une fois que nous aurons trouvé la bonne idée, j’utiliserai mon réseau pour tenter de convaincre les gens que je sais être capables de mettre la main au portefeuille, dit-il. Mon but est bel et bien d’organiser un festival en 2017 déjà, mais un second insuccès est exclu. Tant mieux si la fondatrice peut dormir sur ses deux oreilles: moi, je prends mon rôle de facilitateur très à cœur, mais je ne peux guère aller plus loin.»

Rien ne semble pouvoir altérer, il est vrai, la décontraction d’Hazeline van Swaay-Hoog: «Seule la vente de la structure pourrait rapporter encore de l’argent et rembourser les dettes, répond-elle d’un ton enjoué. Mais tout est désormais dans les mains de l’Office des faillites de l’arrondissement de La Côte et je ne peux rien vous dire de plus!»

La tente de Mario Botta bis ?

Tenu à la confidentialité, le préposé de l’office en question, Pascal-Jacques Kramer, a néanmoins accepté de nous confirmer qu’il est «à la recherche d’une solution pour la vente au meilleur prix de cet objet. De manière générale, en cas de faillite, les objets sont réalisés dans le cadre d’une vente aux enchères publique, à moins que, avec l’accord des intéressés à la procédure, une vente de gré à gré soit plus avantageuse. Aucune piste, conclut-il, n’est privilégiée pour l’instant.»

En cas d’échec des deux initiatives menées en parallèle, tant celle du syndic que celle de l’Office des faillites, Luna pourrait connaître le funeste destin de la tente de Mario Botta. Après le 700e anniversaire de la Confédération, en 1991, le symbole itinérant des festivités, longtemps entreposé à Payerne, avait été cédé à la commune d’Ascona en 1996. Celle-ci ayant renoncé à l’utiliser pour des raisons financières, Losone avait repris le flambeau de sa réhabilitation. Aujourd’hui, pourtant, on ignore où se trouve la grande tente blanche qui avait coûté dix millions, ni même si elle existe encore.

Créé: 12.04.2016, 07h04

Articles en relation

La faillite du festival Luna Classics n’a pas été évitée

Festival Le festival comptait sur Paléo pour le sauver de la faillite. Son boss, Daniel Rossellat, a refusé de verser un sou. Plus...

L’exécutif critiqué dans le dossier Luna Classics

Nyon La commission de gestion du Conseil communal pense que Nyon aurait pu éviter la perte des montants investis dans ce projet. Le syndic se défend. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.