Déjà saturée, la décharge d’Eysins doit s’étendre

EnvironnementLa surface d’exploitation du dépôt sera presque doublée et les terrains réaménagés plus favorablement à l’agriculture.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ouverte en 2013, la décharge pour matériaux inertes d’Eysins, au-dessus de Nyon, est déjà presque pleine. Son exploitation était pourtant prévue sur quinze ans. «On peut encore y déposer des matériaux d’excavation pendant deux à trois ans, mais avec une pression de la construction qui reste très forte dans la région, il y a une réelle pénurie de lieux de dépôt», explique David Martini, administrateur de Ronchi SA, la société qui exploite ce périmètre.

Cliquer ici pour agrandir

Globalement, on extrait des chantiers vaudois pas moins de 1,7 million de mètres cubes de terres chaque année, ainsi que 270'000 m³ de matériaux inertes, comme béton, briques, tuile ou verre. Or il n’y a que neuf décharges pour ces derniers dans le canton et les difficultés pour en créer de nouvelles, avec le chapelet d’oppositions qui les accompagne, ne font qu’empirer avec les nouvelles règles sur l’aménagement du territoire.

La seule sur La Côte

Vu la pénurie de sites à l’ouest du canton – le prochain dépôt se situe à Cossonay –, le Département du territoire et de l’environnement met à l’enquête publique une extension de la décharge Les Vaux, sise entre les communes d’Eysins et d’Arnex-sur-Nyon. Elle figure dans le plan sectoriel des décharges contrôlées et est en plus intégrée en première priorité dans le plan de gestion des déchets. Ce comblement supplémentaire permettra de répondre en partie aux besoins de stockage provenant de la région de La Côte. Un autre site, celui de Coinsins, qui avait été combattu en vain par la commune jusqu’au Tribunal fédéral, devrait ouvrir d’ici à deux ou trois ans. «Mais il n’accueillera que des matériaux terreux, comme c’est le cas dans le périmètre en exploitation de Pont Farbel, entre Prangins et Gland», rappelle David Martini.

Un sol mieux comblé

Actuellement, la décharge d’Eysins est calibrée pour recevoir sur le périmètre de Sereco environ 211 000 m³ de matériaux d’excavations terreux (type A) et aux Vaux environ 352 000 m³ de matériaux d’excavation et déchets de chantier (type B). La modification du plan d’affectation cantonal (PAC) permettra, par une amélioration de la remise en état finale et l’extension des surfaces, un dépôt supplémentaire de 417 000 m³.

Selon les auteurs du rapport d’impact sur l’environnement, le site remplit les dispositions géologiques et hydrogéologiques pour l’implantation d’une telle décharge. Néanmoins, le réaménagement initial n’offrait pas des conditions d’exploitation agricole satisfaisantes en raison de trop faibles pentes et des risques d’accumulation d’eau dans les terrains. Le comblement complémentaire offert par l’extension de la décharge, sur une surface de 175'500 m², permettra donc de faire mieux.

«Il y aura au final plus de matériaux terreux, soit une profondeur utile de sol augmentée, avec une légère pente dans toutes les directions pour évacuer tranquillement les eaux de pluie», se réjouit Georges Rochat, syndic d’Eysins et accessoirement propriétaire de la majeure partie du périmètre concerné. Le réaménagement prévoit aussi une vaste prairie maigre, la plantation de haies, d’un alignement de 20 chênes, l’aménagement de murgiers, de tas de branches et de petites gouilles.

Séance d’information

La durée d’exploitation supplémentaire ne devrait pas excéder cinq ans et donc rester dans le cadre global des quinze ans fixé par le PAC. Si l’exploitation supplémentaire n’induit aucun changement dans les accès et les itinéraires empruntés par les camions (à raison de 35 trajets par jour) autour de ce site éloigné des habitations mais proche de l’autoroute, il n’est pas exclu que surgissent à nouveau quelques oppositions. Une séance d’information publique est prévue le 27 novembre à 17h à Eysins, à la rue du Vieux-Collège 1. Un représentant de la Direction générale de l’environnement et les auteurs du projet répondront aux questions.

Créé: 19.11.2019, 08h00

Articles en relation

Crassier, Borex et Eysins pourront faire des P+R provisoires

Parkings-Relais Le syndic Serge Melly ayant rué dans les brancards, Région de Nyon a renoncé à imposer une étude préalables pour ces parkings. Plus...

La multinationale Merck s’installe à Eysins

Economie Poursuivant son extension dans le canton de Vaud, l’entreprise occupera dès juillet 2019 le dernier bâtiment du business park. Plus...

Une multinationale biffe 77 emplois sur son site d'Eysins

Economie Spécialisée dans la fidélisation de la clientèle, Webloyalty a ouvert une procédure de licenciement collectif. Plus...

Le projet de centre pour requérants à Eysins n'est pas prêt

Asile Des problèmes d'aménagement du territoire ralentissent la concrétisation du projet. Celui de Nyon pourrait être prioritaire. Plus...

Les Vaudois restent maîtres chez eux à Eysins

Lutte suisse Quelque 300 lutteurs ont participé ce week-end, à la Fête cantonale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.