Pour densifier, Morges a les yeux rivés sur le nord

UrbanismeAprès avoir lancé de grands projets de développement au centre et au sud de la ville, l’exécutif s’attaque aux hauts de la localité.

Le futur quartier de Prairie Nord / L’Eglantine devrait accueillir quelque 700 habitants.

Le futur quartier de Prairie Nord / L’Eglantine devrait accueillir quelque 700 habitants. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Morges est une ville en pleine mutation, dans laquelle de nombreux projets urbanistiques d’importance arrivent à maturité et devraient prochainement démarrer au centre et au sud de la localité, comme Morges Gare-Sud et les Fonderies», précise Yves Paccaud, municipal de l’Urbanisme. L’élu socialiste songe désormais à combler d’autres portions de territoire, situées cette fois au nord de l’autoroute. Le tout sur des terrains aujourd’hui vierges et qui devraient, à l’horizon 2020-2025, accueillir des projets tout aussi importants.

Deux écoquartiers

Dans les grands dossiers de la Municipalité, on retrouve le futur quartier de Prairie Nord - L’Eglantine, où 700 habitants sont attendus non loin de la patinoire des Eaux Minérales. Pour ce projet en cours d’élaboration, les autorités viennent d’ailleurs de lancer une démarche participative en invitant habitants, associations et édiles à imaginer l’avenir de ce secteur. Pour mémoire, en plus de l’habitat, dont une partie disposera de loyers abordables, il devrait aussi accueillir des équipements scolaires, voire sportifs et culturels. «L’objectif est de créer un quartier durable, où l’écologie occupe une large place», explique encore Yves Paccaud.

Les intentions municipales sont les mêmes du côté de La Longeraie, sans conteste la plus grosse pièce du puzzle du développement morgien puisque ce ne sont pas moins de 2000 habitants/emplois qui sont attendus. Ici, l’idée est de créer quelque 850 à 900 logements supplémentaires, tout en les intégrant dans des espaces de verdure. Cerise sur le gâteau: les futurs habitants devraient pouvoir cultiver fruits et légumes en bas de chez eux sur des aires dédiées à cet effet.

Nouvelle gare routière

Si ces deux projets font déjà l’objet d’études, il reste encore un dossier d’importance à lancer: Morges Gare-Nord. «Au-dessus des voies de chemin de fer, nous souhaitons construire la future gare routière. Cette dernière devrait être bâtie à la place de la caserne des pompiers, poursuit le municipal socialiste. Mais avant, il faudra que l’on trouve une solution pour délocaliser les soldats du feu. Nous disposons de plusieurs pistes, mais rien n’est encore concret.» La barre des 18 000 habitants - environ 3000 de plus qu’actuellement - devrait être franchie à l’horizon 2020, selon les estimations d’Yves Paccaud. Un cap qui serait atteint grâce au développement de Morges Gare-Sud et de L’Eglantine. Puis, cinq ans plus tard, Morges devrait compter quelque 20 000 âmes sur son territoire avec l’arrivée de nouveaux quartiers comme la Longeraie. Côté emploi, à la même échéance, la ville devrait avoir pas moins de 1500 emplois supplémentaires et disposer de nouvelles infrastructures comme le très attendu centre aquatique régional.

Par ailleurs, en développant le nord du territoire morgien après le centre-ville, les autorités ont ainsi respecté les volontés populaires exprimées lors d’un référendum en janvier 1986. «Avant de densifier des secteurs comme la Longeraie et L’Eglantine, le peuple avait demandé aux autorités de s’attaquer au centre-ville, ce qui a été respecté», explique encore Yves Paccaud.

Ainsi, le cœur de la ville a vu arriver des quartiers flambant neufs. C’est notamment le cas de Charpentiers Nord qui a vu le jour à la place d’un terrain vague ou encore du bâtiment Monsanto - ancien Logitech - à la rue du Sablon, qui a remplacé des villas. «Une fois que tous ces secteurs seront développés, cela risque de stagner un peu. Il faut dire que près du 90% des terrains disponibles auront sans doute été construits à l’horizon 2030, analyse enfin le municipal. Morges arrivera donc à une situation comparable à celle de Renens. Pour pouvoir densifier la ville, il faudra démolir certains bâtiments ou maisons avant de reconstruire.»

Créé: 24.11.2014, 12h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.