L’éclairage des arcades balayé par le Conseil de Coppet

UrbanismeLa Municipalité proposait une solution «économique et efficace», le délibérant a considéré que les arcades valaient mieux que ça.

L'éclairage actuel des arcades est défaillant et doit être revu. Mais pas au rabais, estime le Conseil communal.

L'éclairage actuel des arcades est défaillant et doit être revu. Mais pas au rabais, estime le Conseil communal. Image: Alain Rouèche/Archive

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sujet sensible lundi soir au Conseil communal de Coppet. Le président Yves Riesen s’attend à une longue séance, le municipal des Bâtiments et des Routes Jean-Claude Trotti semble préoccupé. Ce soir-là, l’élu s’attaque à l’éclairage des arcades. Et à Coppet, on ne touche pas sans risque à ce joyau communal.

A 21 h 45, le rapporteur de la commission de l’urbanisme, Reto Camponovo, explique, illustrations à l’appui, combien la solution proposée par la Municipalité est «inadaptée». L’éclairage LED «n’éclairera rien», installé «trop près du plafond», il sera «inconfortable pour le passant». Et aussi, «les 21 luminaires ainsi que leur cache risquent de dénaturer par endroits la beauté des voûtes». Car ce n’est pas tant sur la nécessité de revoir l’éclairage, aujourd’hui défaillant, de ces arcades que sur l’esthétique qu’ont débattu les conseillers.

Dès le début des discussions, la chose semble entendue, le Conseil ne voudra pas du projet de l’Exécutif. «Il s’agit aussi d’un problème de sécurité, a pourtant d’emblée annoncé le syndic Gérard Produit. Les commerçants demandent des arcades plus lumineuses, ils dénoncent un sentiment d’insécurité que nous connaissons tous lorsque nous passons par là au milieu de la nuit.»

«Tant pis si ça coûte plus cher»

Et l’élu d’y adjoindre l’argument économique: «Le système existant a coûté un quart de million depuis 2004, sans compter les frais d’entretien. Ici, pour 90'000 francs, nous vous soumettons une solution efficace, modulable et économique.» «Le patrimoine communal mérite qu’on le respecte. Et tant pis si ça coûte plus cher», a répondu une conseillère. «Les arcades sont bernoises, pourquoi ne pas prendre exemple sur ce qu’ils ont fait là-bas pour les mettre en valeur, c’est magnifique!» s’est enthousiasmée une autre élue.

Dont acte. Après presque une heure de débat, le préavis est balayé par 29 non, 8 abstentions et aucun vote positif. «Nous allons tout reprendre à zéro, impliquer le Conseil dans le processus, nous irons même à Berne», a promis Jean-Claude Trotti. Le but: proposer une solution au printemps prochain. «Mais ce sera bien plus cher», prévient Gérard Produit

Créé: 06.10.2015, 20h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.