Des écoliers dialoguent en musique avec Ouagadougou

GlandA l’affiche de l’opération «Une chanson pour l’éducation», trois classes de Gland ont écrit une chanson avec Nicolas Fraissinet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous cherchions une idée pour que les élèves soient acteurs, plutôt qu’un intermédiaire entre les moyens financiers de leurs parents et les enfants à soutenir.» Alors, il y a cinq ans, Yannick Cochand a décidé de les mettre sur scène et à la chanson. Fondateur et directeur de la Compagnie Zappar, le Genevois nous répond de Ouagadougou. Avec l’organisation Enfants du Monde, il organise pour la quatrième fois l’opération «Une chanson pour l’éducation». «Je suis ici un mois, pour le volet burkinabé de l’opération. Quatre écoles et autant d’artistes locaux y participent. Demain (ndlr: mardi) on est en studio, la semaine prochaine on tourne les clips, puis il y aura les concerts.»

A 5280 kilomètres de là, des élèves de 7e et 8e années jouent… les écoliers sur la scène du Théâtre de Grand-Champ, à Gland. Autour d’eux tournent un caméraman et Nicolas Fraissinet, chanteur et parrain de l’opération. Comme quinze autres camarades en Suisse, en France, au Cameroun et, donc, au Burkina Faso, il a créé une chanson avec la soixantaine d’élèves glandois participant à l’aventure.

Croiser des regards

«L’idée est de croiser les regards des enfants sur l’éducation, à Gland comme à Lausanne ou à Ouagadougou», explique Nicolas Fraissinet avant de tourner le clip. Ainsi, avec Buissonnière, écoliers et artistes se demandent à quoi ressemblerait une vie sans école. «Evidemment, les enfants aimaient assez l’idée, mais seulement pour un temps!» «La liberté va-t-elle nous plaire/Si tous les jours demain sont comme hier?» entend-on. Puis «Si tes bouquins deviennent poussière?/Savoir lire serait une guerre».

Des réflexions profondes, et «une nécessaire ouverture sur le monde», s’enthousiasme Stéphane Kryvian, prof des 8P. «Les élèves sont tous formidablement impliqués. C’est une occasion de prendre l’air, tout en apprenant énormément.» Et pour concrétiser ce dialogue musical, trois des parrains suisses iront jouer leurs compositions au Burkina, tandis que les quatre artistes burkinabés seront sur scène à Gland (Grand-Champ) le 11 mars, et à Monthey (Crochetan) le 13 pour les concerts présentant la quinzaine de titres nés du projet et le CD, dont la moitié des recettes sera attribuée aux actions d’Enfants du Monde.

Créé: 02.02.2016, 20h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.