Des écoliers ont joué les Walt Disney pour l’Avent

CommugnyDeux classes de 1re à 3e primaire ont réalisé le plus mignon et farfelu des calendriers.

Tous les matins, les enfants découvrent la case du jour à l’école. Et c’est une surprise, même pour les auteurs.

Tous les matins, les enfants découvrent la case du jour à l’école. Et c’est une surprise, même pour les auteurs. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Pourquoi le Père Noël ne part-il pas en tournée avec la Mère Noël?» «Parce que si elle partait avec son mari, leurs enfants risqueraient de faire des bêtises à la maison.» Ils n’ont pas 7 ans. Certains ont même à peine plus de 4 ans. Ecoliers à Commugny, ils ont surpris leurs camarades et leurs parents avec un calendrier de l’Avent d’une fraîche originalité. En ligne à l’enseigne d’un minisite Internet spécialement conçu pour l’occasion, 24 cases ouvrent sur autant de courtes séquences animées. Dans chacune, les enfants posent une «question farfelue» sur Noël, et y répondent. Avec toute la vérité de leurs mots.

>> Découvrez le calendrier ici

«C’est un projet pédagogique large», explique Géraldine Mosimann, enseignante des 3P, doyenne et instigatrice du projet avec trois collègues. «Il y a du dessin, de l’oral, de la lecture, de l’écriture, des collaborations, de l’informatique…» Bref, ce calendrier, c’est l’équivalent d’une semaine de travail (répartie sur plus d’un mois) pour les quarante enfants concernés. «Et une super-aventure», disent-ils en chœur. Calendrier farfelu

Forcément, les réponses sont hésitantes, timides. Beaucoup plus que leur travail. «Mine de rien, c’en était un. Qu’ils ont fait sans même vraiment le réaliser», sourit Caroline Wild, maîtresse des 1 et 2P, l’équivalent de l’enfantine avant la LEO. Il a en effet d’abord fallu expliquer ce que veut dire «farfelu». «On leur a montré des livres cet automne qui illustrent la thématique», explique Géraldine Mosimann.

Cette mise en bouche passée, est venu le moment de se dessiner. «Je connais la couleur de mes cheveux, c’était facile!» rigole une écolière de première. Quarante autoportraits qu’il faudra placer devant des fonds, créations des plus petits. Les grands, eux, se sont attelés aux accessoires et autres éléments de décor. Tout ça dans un secret absolu. «On ne pouvait rien dire à personne, c’était une surprise», chuchote une fillette de troisième. Pas question en effet de vendre la mèche. Ni aux parents ni au reste de la famille, encore moins aux camarades des autres classes. Même pas aux autres groupes, chaque case étant réalisée par des duos mélangeant les âges.

Et puis il y a le texte. «Les maîtresses ont préparé les questions et nous avons dû inventer la réponse la plus farfelue possible!» «Un vrai exercice pratique de français, où ils ont dû travailler la formulation, le sens, l’écriture», précise Géraldine Mosimann. Enfin, il a fallu animer tous ces personnages, grâce à une application iPad là aussi maîtrisée par les enfants. «Nous avons ensuite ajouté des bruitages et monté les séquences afin que même les auteurs aient une surprise», ajoute Caroline Wild.

Mails de félicitations

Car tous les matins, les enfants découvrent la case du jour à l’école. «Même dans d’autres classes! Une collègue de Tannay en profite même pour organiser de petits débats. Elle stoppe après la question et ouvre la discussion», se réjouit Géraldine Mosimann. Et lorsqu’ils sortent de leur salle de classe, les écoliers voient sur la porte s’accumuler les messages de félicitations reçus par courriel.

«Nous en recevons tous les jours, de partout. C’est une vraie récompense pour eux!» Pour sûr, d’ici à la rentrée, le Père Noël y aura ajouté de nombreux envois élogieux.

Créé: 18.12.2015, 08h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.