Les écrivains se battent pour dormir en cabane!

MontricherLa Fondation Michalski a reçu 1600 candidatures pour des projets littéraires. Un record!

Les sept cabanes de la Fondation Michalski pour l'écriture et la littérature verront défiler 40 écrivains en 2019.

Les sept cabanes de la Fondation Michalski pour l'écriture et la littérature verront défiler 40 écrivains en 2019. Image: Leo Fabrizio

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Inaugurée en avril 2017, la Fondation Michalski pour l’écriture et la littérature vient d’accueillir les premiers écrivains de sa «saison 3». Alors que sept cabanes suspendues sont à la disposition des écrivains qui en font la demande, le comité d’attribution a dû effectuer une sélection parmi plus de 1600 dossiers expédiés du monde entier, soit le double de l’année précédente. «Seuls 40 projets ont été retenus, ce qui laisse imaginer le travail colossal qui a été réalisé pour les désigner», explique Aurélie Baudrier, responsable de la communication. «Nous essayons de donner une chance à tous les domaines, qu’il s’agisse d’un projet de roman, de traduction ou de poésie. On observe aussi que les modes d’expression évoluent et les disciplines se mélangent régulièrement.»

Mais si cette partie de l’activité de la fondation fait son prestige, elle est cependant discrète dans les faits, puisque les écrivains ne sont pas «jetés en pâture» aux visiteurs. «Nous leur mettons à disposition le lieu, les repas et un appui qui peut s’étendre jusqu’à six mois, cela sans contrepartie», précise Aurélie Baudrier, qui a tout de même mis sur pied des rencontres avec des visiteurs friands de ces échanges. «La difficulté est de faire venir des gens jusqu’à Montricher la première fois, afin de les convaincre que ce lieu est aussi fait pour eux. Cela passe par des expositions, des ateliers pour les familles ou des conférences d’auteurs, sans parler de la bibliothèque. On sent bien que chacun est en train de s’approprier ce lieu, ce qui est très positif après deux ans seulement.»

Tout de même excentrée, la fondation essaie donc de nouer des liens avec la Commune et les écoles. Didier Amez-Droz, syndic: «Des emplois ont été créés pour nos habitants et c’est une excellente chose. La propriétaire, Vera Michalski, est bien intégrée à Montricher, elle est d’ailleurs membre du Conseil communal et elle joue le jeu en essayant d’englober son site dans le village afin de ne pas créer un monde à part. Les citoyens de la localité bénéficient également de prix très bas à la bibliothèque et l’on croise parfois des écrivains au restaurant. Même si tout le monde n’est pas passionné par la littérature, il y a un engouement et une nouvelle visibilité.» (24 heures)

Créé: 15.03.2019, 15h29

Articles en relation

Après les écrivains, la Fondation Jan Michalski accueille un festival

Montricher Bibliotopia est le nouveau salon littéraire à la campagne, dès vendredi. Plus...

A Montricher, les auteurs entrent en cabane

Maison de l'écriture La Fondation Jan Michalski ouvre ses résidences ce mardi, après huit ans de travaux. Visite guidée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 21 mars 2019.
(Image: Bénédicte ) Plus...