Passer au contenu principal

Une élégante cuisine de château à l’ombre de l’abbaye de Bonmont

Le restaurant du sélect club de golf de Chéserex est ouvert au grand public. Il vient de recevoir la note de 13 au Gault Millau.

Julien Martineau a repris le restaurant à Bonmont au mois de février. Neuf mois plus tard, il fête déjà son entrée au Gault Millau avec la note de 13.
Julien Martineau a repris le restaurant à Bonmont au mois de février. Neuf mois plus tard, il fête déjà son entrée au Gault Millau avec la note de 13.
Vanessa Cardoso

Le restaurant a ouvert au grand public en toute discrétion. Depuis quatre ans, Le Cercle n’est plus réservé seulement aux membres du sélect Golf de Bonmont, sur les hauts de Chéserex. Il a fallu que le Gault&Millau lui attribue la note de 13 pour faire sortir ce bel endroit de l’ombre. Et c’est mérité.

Installé dans un cadre exceptionnel sur les premiers contreforts du Jura, l’intérieur d’un château du XVIIIe siècle et en face de l’abbaye du XIIe siècle, l’établissement possède en plus une des plus belles terrasses du canton. En été, la vue sur La Côte, le Léman et les Alpes est magnifique. Et le practice de golf juste en dessous, où les sportifs s’entraînent au putt, est une animation plutôt amusante.

Un repas à Bonmont est donc toute une expérience qui commence par l’accès au Golf Club par un large portail métallique et sa grande allée plantée d’arbres. À noter que dans un tel lieu, les visiteurs sont invités à respecter le dress code: smart élégant. En cuisine, Julien Martineau, qui a passé ces dernières années au Lausanne Palace en occupant notamment le poste de chef à La Table d’Edgard, offre une «cuisine de château» chaleureuse, en harmonie avec le site. Avec réussite, puisqu’il est parvenu à placer Le Cercle sur la carte gastronomique romande en quelques mois seulement. Il n’est arrivé à Chéserex qu’en février.

Le chef propose une carte qui change au gré des saisons. En cette période de l’année, les champignons sont ainsi à l’honneur. Dans les entrées, ils accompagnent par exemple un savoureux œuf mollet (19 fr.) servi avec du topinambour et du lard pour une vraie balade gustative dans les sous-bois. Ils se marient aussi de manière audacieuse et surprenante avec un calamar (22 fr.) fondant aux saveurs automnales.

La chasse y est excellente. Julien Martineau sert ces plats de manière épurée grâce à un dressage élégant. La selle de chevreuil avec ses petits légumes d’automne (44 fr.) en est la démonstration. Une mention à la sauce aux raisinets peu sucrée qui se déguste avec gourmandise.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.