Passer au contenu principal

Embouteillage de travaux sur la route Suisse à l'entrée de Genève

L'artère est en travaux pour près de trois ans à Versoix. Le tronçon de Mies à Founex pourrait l’être pour deux ans et demi d‘ici à la fin de l’année. La population a peur de ne plus pouvoir circuler.

La rénovation de la route Suisse à Coppet est mise en cause par un référendum. Des habitants craignent de ne plus pouvoir circuler pendant les travaux.
La rénovation de la route Suisse à Coppet est mise en cause par un référendum. Des habitants craignent de ne plus pouvoir circuler pendant les travaux.
Patrick Martin

A l’aube d’un chantier long et massif, l’excitation le dispute à l’inquiétude à Versoix. Dans les villages vaudois voisins, les craintes sont immenses face à ce chantier du siècle. Après des travaux préparatoires en avril, la réfection de la route Suisse entame sa première phase ces jours. Les trois étapes suivantes s’étaleront jusqu’à la mi-2020, si le calendrier est tenu.

La République du bout du lac entame ainsi sa grande mue de la route Suisse, sur un concept valdo-genevois. Les deux cantons entendent rénover cet axe historique entre leurs deux capitales. Quelques kilomètres ont déjà été requalifiés devant les hautes écoles à Dorigny ainsi qu’entre Rolle et Dully. A chaque fois, l’objectif est de transformer la piste bitumineuse en route urbaine arborisée. La sécurisation des cheminements de mobilité douce est aussi une priorité avec la création de voies cyclables et piétonnières distinctes.

23'560 voitures concernées tous les jours

Pour y parvenir, les chantiers ont perturbé la tranquillité des pendulaires. Ce sera encore le cas à Versoix, où il faudra réussir à réaliser les travaux malgré la densité du trafic aux portes de Genève. En moyenne, 23'560 voitures empruntent tous les jours l’artère qui traverse Versoix. La mise à sens unique successive de plusieurs tronçons sera donc nécessaire pour garantir la sécurité des ouvriers. Seule y sera maintenue la circulation en direction du canton de Vaud, alors que celle évoluant en sens inverse sera invitée à suivre des déviations éloignées du lac, notamment par le village de Mies (voir l’infographie).

Pourquoi tant de gêne? Une visite sur le terrain convainc que la rénovation qui s’entame n’est pas un luxe. La route cantonale présente à maints endroits un visage laminé. «L’état général de la chaussée s’est considérablement dégradé ces dernières années, note le conseiller d’Etat genevois Luc Barthassat. Cette route ne correspond plus aux standards d’un axe principal et ne garantit plus la sécurité des usagers, notamment des cyclistes et piétons.»

Vers un boulevard urbain

Sur une longueur de 2470 mètres, de la frontière vaudoise au rond-point qui marque l’entrée du bourg du côté de Genève, l’artère doit se défaire de ses habits vieillots et disparates pour prendre l’allure d’un boulevard urbain. La chaussée carrossable doit garder une certaine largeur puisqu’elle fait partie des itinéraires que peuvent emprunter les convois exceptionnels. Elle sera bordée de trottoirs d’au moins 1 mètre et demi et flanquée de pistes cyclables, sauf sur le pourtour du bourg, où le gabarit de la chaussée ne le permet pas. La Commune envisage toutefois de proposer un itinéraire alternatif aux vélos, grâce à une passerelle sise en amont.

La réfection permettra aussi de refaire des conduites, d’arboriser des tronçons et d’homogénéiser les niveaux: actuellement, des trottoirs sont plus bas que la chaussée. Sur la partie la plus urbaine du tracé, les places de stationnement en épi seront transformées en créneaux. Ce qui réduira les places disponibles. Cela sera compensé sur le tronçon plus proche de la frontière cantonale. Avec au bout du compte un bilan légèrement positif: dix places en plus.

La cure de jouvence est envisagée depuis les années 90 et figure aujourd’hui au menu du projet d’agglomération depuis 2008. Ce qui lui permet d’obtenir un subside fédéral (3,5 millions de francs). Le Canton règle le gros de la note (24,8 millions votés en juin par le Grand Conseil). La Ville de Versoix ajoute un peu plus de 9 millions.

Si les autorités communales sont visiblement inquiètes au sujet des nuisances que subiront le voisinage et les commerçants, elles misent sur une large information pour rassurer la population. A cet effet, un espace sera créé dans une épicerie désaffectée sise au bord de la route Suisse. Surtout, l’Exécutif communal met en avant les avantages attendus au terme des trois ans d’épreuve. «Ces travaux apporteront une réelle amélioration de la qualité de vie, avec notamment la pose de revêtement phonoabsorbant, et une valorisation de notre patrimoine urbanistique», note la maire Ornella Enhas.

La Commune profitera de cette période pour réaménager un site historique comme l’ancienne préfecture (qui doit notamment héberger des locaux associatifs) ou encore les anciens bains (où des gradins faciliteront l’accès au lac). La place du Bourg est aussi appelée à se refaire une beauté.

D’autres tronçons de la route Suisse sont appelés à être rénovés, notamment à Bellevue. Côté vaudois, le projet entre Founex et Mies est bloqué par un référendum à Coppet. Le chantier chamboulera la vie des pendulaires motorisés. D’autant que, non loin de là, l’autoroute connaîtra un chantier visant à refaire l’échangeur du Grand-Saconnex dès la mi-2018 et pour au moins trois ans. L’Office fédéral des routes prévoit toutefois de maintenir le trafic sur deux voies dans chaque sens.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.