Empêcher une transaction immobilière pour préserver la beauté du village

PréverengesPlutôt que de laisser détruire deux maisons au centre du village, la commune devrait les racheter. L'idée ne séduit pas la municipalité mais elle devra en étudier la faisabilité.

La commune doit-elle laisser faire la vente de ces deux immeubles? La question déchire le Conseil.

La commune doit-elle laisser faire la vente de ces deux immeubles? La question déchire le Conseil.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’annonce de la vente de deux bâtiments au centre de Préverenges a fait bondir le conseiller communal Serge Risse. Selon lui la commune devrait se porter acquéreuse de ces biens afin de pouvoir préserver la beauté du centre de la localité. Le conseiller craint, en effet, qu’un «truc très très laid», remplace les bâtiments de la boucherie et de l’auberge du Chasseur à la rue d’Yverdon. Cette idée présentée durant les propositions individuelles a suscité de vives oppositions de la Municipalité, mais l’exécutif devra malgré tout étudier la faisabilité de cette proposition. En effet, une courte majorité du conseil (22 oui, 16 non et 15 abstentions) a demandé la prise en considération de la motion.

Durant le débat très tendu qui a précédé le vote, la Municipalité, en particulier Pierre-Georges Gay, en charge de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire a fait valoir que la vente, annoncée dans la Feuille des avis officiels avait déjà eu lieu, que la commune qui n’a jamais été approchée n’avait pas à se mêler de cette affaire strictement privée. Bref, alors qu’ils ne manquent pas de travail, les municipaux sont peu intéressés à se lancer dans un projet «voué à l’échec.» Le motionnaire estime, pour sa part qu’«on ne peut pas savoir, si on ne fait pas de proposition à l’actuel propriétaire.» Le vendeur pourrait être séduit par l’idée de remettre le bâtiment à la commune plutôt qu’à un privé et pourrait ainsi casser la promesse de vente.

Le conseiller communal s’est aussi affronté avec la Municipalité sur des questions financières: pour le premier, au vu des taux hypothécaires et des loyers élevés dans la région, la commune ferait une bonne affaire et se donnerait une dizaine d’années pour réfléchir à ce qu’elle souhaite faire de son centre. Alors que les municipaux estiment au contraire qu’en plus de l’achat de l’immeuble, il faudrait prévoir de lourds travaux de rénovation.

Créé: 29.06.2012, 12h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.