Passer au contenu principal

L’Esp’Asse entame le premier volet de sa mue

Le centre socioculturel de Nyon va transformer deux bâtiments pour offrir plus de locaux et des logements.

Voilà à quoi ressemblera l'Esp'Asse d'ici à quelques années. Au milieu, la "Tourelle", qui accueillera Caritas et quatre logements.
Voilà à quoi ressemblera l'Esp'Asse d'ici à quelques années. Au milieu, la "Tourelle", qui accueillera Caritas et quatre logements.
Envar Architectes

Depuis dix-huit ans, l’ancienne friche industrielle de l’usine Stell­ram est occupée par de nombreux organismes sociaux et d’entraide, ainsi que par des artistes qui y ont aménagé leur atelier. Propriétaire des lieux, la Fondation Esp’Asse a élaboré et obtenu un plan de quartier qui lui permettra progressivement d’étendre et d’optimiser les locaux mis à disposition. Elle soumettra bientôt à l’enquête publique la transformation de deux immeubles.

Le premier, un long bâtiment de deux niveaux situé en contrebas de la parcelle, le long de l’Asse, abrite l’association de réinsertion Pro-Jet. Sa façade en rideau étant protégée, les murs existants seront conservés, mais l’intérieur totalement vidé. Le bâtiment sera rehaussé de deux étages, dont la structure sera en bois.

«Pro-Jet y restera et pourra utiliser ces nouveaux espaces, qui abriteront également cinq appartements que nous louerons à des prix abordables», explique Jean-Claude Bouvrot, administrateur de la fondation. Le bâtiment, dont les annexes situées à chaque extrémité seront démolies, sera entouré d’un escalier et d’une coursive qui permettra de rejoindre la passerelle projetée d’ici à 2025 par la Ville pour faire le lien entre l’Esp’Asse et l’École du Rocher, située de l’autre côté de la rivière l’Asse.

L’autre bâtiment, cube qui abrite actuellement les bureaux et ateliers de Caritas, prendra de la hauteur, avec la construction de quatre étages supplémentaires. Caritas pourra regrouper toutes ses activités dans cette «Tourelle», y compris quelques chambres pour l’accueil d’urgence. Un étage recevra des ateliers d’artistes, le reste comprendra encore quatre logements. La fondation espère lancer au printemps prochain les travaux de cette première étape, devisés à quelque 6 millions de francs.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.