Une exposition révèle les secrets du service militaire suisse à l’étranger

MuséeUne nouvelle exposition permanente au château de Morges se penche sur la présence militaire suisse.

Une des vitrines de l'exposition, qui présente l'habit du capitaine Abraham Rey (1773-1859), de Lausanne, officier au 29e régiment suisse, recruté dans le canton de Berne. ll s'illustra également au service de Napoléon lors de la campagne de Russie en 1812.

Une des vitrines de l'exposition, qui présente l'habit du capitaine Abraham Rey (1773-1859), de Lausanne, officier au 29e régiment suisse, recruté dans le canton de Berne. ll s'illustra également au service de Napoléon lors de la campagne de Russie en 1812. Image: Rémy Gindroz

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Un musée est un organisme vivant et son équipe se doit de s’interroger en permanence», affirme Adélaïde Zeyer, conservatrice du château de Morges et ses musées depuis février. C’est dans cet esprit que la scénographie de la salle du Musée militaire, dédiée à la présence militaire suisse dans le monde, a été entièrement repensée. L’exposition permanente «Fidelitate et Honore - Régiments suisses au service de l’équilibre européen» permet désormais au grand public de découvrir un pan méconnu de l’histoire helvétique.

«Sans les Suisses, les Français ne pourraient pas fêter le 14 Juillet et les Trois Glorieuses ne seraient pas si glorieuses. Ce sont les soldats suisses en service à l’étranger qui ont fait l’animation à la Bastille», expose Alain-Jacques Tornare, historien plein d’humour et cocommissaire de l’exposition. Du XVe siècle jusqu’en 1848, lorsque la Suisse moderne et neutre abolit tout service militaire à l’étranger, près d’un million et demi de Suisses se sont battus pour des souverains étrangers.

Ça n’arrive qu’une fois dans la carrière d’un conservateur

Ce sont ces hommes qui semblent prendre vie dans les vitrines du château, garnies de leurs costumes et de leurs armes blanches. Grâce à une subtile mise en scène, on s’imagine facilement le capitaine Abraham Rey sur le champ de la bataille de la Berezina, au service de la France, dans son uniforme rouge et jaune, aux boutons et aux épaulettes dorés. «Nous avions cet habit dans notre collection depuis vingt-huit ans, sans savoir qu’il s’agissait du sien. Grâce à nos recherches, nous avons fait cette fabuleuse découverte, qui n’arrive qu’une fois dans la carrière d’un conservateur», se réjouit Pascal Pouly, conservateur adjoint et cocommissaire de l’exposition, sur laquelle l’équipe morgienne travaille depuis deux ans.

Présentant les uniformes de manière chronologique, l’ancienne exposition a été complètement repensée. «Cela a été un sacré Tetris. Nous avons voulu présenter beaucoup d’objets pour rendre le sujet plus ludique et intéressant à regarder», explique Nadia Pierro, décoratrice et scénographe de l’exposition. L’ancienne réception du musée a d’ailleurs dû être transformée pour accueillir les objets liés à la Garde suisse pontificale et à la Légion étrangère française, seules survivances de cette histoire militaire complexe.

Créé: 28.04.2016, 09h10

L'exposition

Musée militaire
Château de Morges, fermé le lundi.

Le site du musée

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...