Passer au contenu principal

Un festival pour mettre en lumière les associations

Le Colibris Festival investira les quais le dimanche 25 août.

Adrien Busch et Pierre-Georges Gay chapeautent l'organisation du festival.
Adrien Busch et Pierre-Georges Gay chapeautent l'organisation du festival.
Julien Lambert

Organisé par la Maison des Associations pour la troisième fois après 2015 et 2017, le Colibris Festival fera son grand retour le dimanche 25 août sur les quais de Morges. «Notre but est de mettre en valeur les associations locales. Chacune est appelée à présenter ses activités et pourra, si elle le souhaite, occuper l’espace sur une petite scène qui sera montée pour l’occasion», explique Pierre-Georges Gay qui, avec Adrien Busch, chapeaute l’organisation de ce rendez-vous.

Au total, 31 associations seront présentes. On y retrouvera notamment des clubs sportifs, des sociétés à caractère culturel ou social ainsi que des groupements qui œuvrent en faveur de l’environnement. «Il n’y a pas besoin d’être membre de la Maison des Associations pour participer, précise Adrien Busch. Mais nous demandons une participation financière à chaque association.» Le budget de la manifestation tourne entre 10'000 et 12'000 francs. «Mais il s’agit là du montant à notre charge, il ne comprend pas tout ce qui est gracieusement mis à disposition par la Commune», rectifient les organisateurs.

Créée à l’origine pour offrir une vitrine aux sociétés locales, la manifestation devrait attirer un millier de spectateurs, si la météo ne se montre pas trop capricieuse. «Lors des éditions précédentes, nous avions eu de la chance. Espérons que ça continue ainsi. Mais pour qu’on annule, il faudrait vraiment qu’il pleuve beaucoup et qu’il fasse froid», précise Adrien Busch.

Un autre gros dossier attend la Maison des Associations: celui de son déménagement au Collège du Bluard, à l’automne 2020. «Nous avons pu visiter les locaux. Il y a un vrai potentiel en y faisant quelques aménagements. Nous allons devoir trouver de l’argent ces prochains mois pour mener à bien ce projet», conclut Pierre-Georges Gay.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.