Le festival Visions du Réel se met à la musique

NyonPour animer ses soirées, le rendez-vous mise sur des DJ du cru et trois concerts, à la Parenthèse et à l’Usine à Gaz.

Patron de la Parenthèse, Benjamin Zumstein s'est occupé de la programmation musicale de Visions du Réel.

Patron de la Parenthèse, Benjamin Zumstein s'est occupé de la programmation musicale de Visions du Réel. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le lien entre le cinéma, y compris le cinéma du réel, et la musique est évident. Et on peut ainsi agréablement animer les soirées du festival.» Outre une exposition à la galerie nyonnaise l’Atelier photo d’images signées Peter Greenaway, réalisateur à l’honneur cette année, le festival Visions du Réel (du 15 au 23 avril) soignera ses hôtes plus encore que les précédentes éditions. Parole de Philippe Clivaz, secrétaire général de la manifestation. Et c’est plus précisément aux oreil­les et au déhanché du public que sont adressées ici les attentions du festival. «Tout au long de la journée, on amène une certaine réalité, parfois dure, avec les films que l’on projette. Alors ensuite, c’est bien si l’on peut s’aérer l’esprit.» Tous les soirs, des DJ animeront donc le Bar du Réel.

Et pour ceux qui préfèrent la musique live, la Parenthèse leur servira une programmation sur mesure. «On avait déjà esquissé une collaboration l’an dernier, raconte Benjamin Zumstein, patron du caveau nyonnais. On aime bien travailler avec d’autres institutions, comme on a déjà pu le faire avec les festivals de la Bâtie ou Antigel à Genève.» En tous les cas, les liens entre les deux acteurs culturels nyonnais se sont encore resserrés cette année, puisque la Parenthèse a repris l’entier de la programmation musicale du festival. Qui se garde tout de même quelques opportunités. «Dimanche 17 avril, deux DJ iraniens mixeront. Ils seront la veille au centre d’un documentaire en compétition», explique Philippe Clivaz. Pour le reste, «on s’est adaptés au public de Visions du Réel, hétéroclite et international», explique Benjamin Zumstein. Ainsi, les DJ doivent être variés et les concerts fédérateurs. «Il ne s’agit pas d’organiser un festival dans le festival, nous voulons simplement quelque chose d’aussi facile à écouter qu’à danser», sourit Philippe Clivaz.

«Tout le monde est gagnant»

Pour la soirée de clôture vendredi 22 avril à l’Usine à Gaz, la folk «bristolienne» d’Admiral Fallow devra donc être «festive et bon enfant», mais aussi «un peu pointue». Un groupe, par ailleurs, que la Parenthèse «n’aurait jamais pu s’offrir» sans Visions du Réel, qui consacre 8000 francs à l’animation musicale dans sa globalité. «Dans cette histoire, tout le monde est gagnant, se réjouit le programmateur. Nous profitons du public du festival, qui bénéficie de notre ancrage régional.»  

Créé: 13.04.2016, 10h04

Le programme

Samedi 16 avril It It Anita (à la Parenthèse), du rock énervé venu de Belgique.

Jeudi 21 avril Basia Bulat (à la Parenthèse), la folk sympathique d’une Canadienne à la voix grave.

Vendredi 22 avril Admiral Fallow (à l’Usine à Gaz), de la pop made in Bristol, fine et jolie.

Du 15 au 21 avril Divers DJ au Bar du Réel, dès 22 h.

Infos www.visionsdureel.ch

Articles en relation

A Nyon, Visions du Réel choie son public amateur

Film documentaire L'Association des Amis du festival du film documentaire proposera un stamm pour que les fidèles puissent se rencontrer. Plus...

Visions du Réel prend un coup de jeune

Cinéma La 47e édition du Festival international de cinéma de Nyon revendique la résistance et place son espoir dans la jeunesse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.