Une figure de la politique régionale se retire à 73 ans

Arzier-Le MuidsEric Hermann est resté dix ans syndic d'Arzier-Le Muids et dix ans président de l'organe délibérant du Conseil régional du district de Nyon.

Eric Hermann a mis toute son expérience au service de la collectivité publique pendant des années. Image: Olivier Allenspach

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Confortablement installé dans son siège à la table de la Municipalité d’Arzier, le syndic, Eric Hermann, se sent comme à la maison. En dix ans à la tête de la Commune, il en aura fait des séances dans cette magnifique salle aux poutres apparentes. Mais l’heure de sa retraite politique a sonné. «J’aurai 73 ans le 13 juin. Je quitterai donc mon poste presque jour pour jour à la date de mon anniversaire», remarque-t-il sereinement, avec son flegme très British.

Né à Saint-Cergue, cet homme doué pour les comptes a suivi une carrière professionnelle dans plusieurs entreprises privées avant de devenir directeur du Département des finances de la Ville de Genève durant treize ans, jusqu’à sa retraite, à 62 ans. Arrivé à Arzier en 1974, il s’est aussitôt inscrit au Conseil général (la commune comptait 600 habitants, et 2600 aujourd’hui!). Il restera dix-neuf ans au Conseil, fera une pause – imposée – durant son mandat à la Ville de Genève, puis s’engagera comme syndic à l’âge de sa retraite. La même année, en 2006, il prend aussi la présidence du Conseil intercommunal du district de Nyon.

Vous avez été passablement critiqué ces derniers mois. Vous dites vouloir laisser la place aux jeunes, mais n’en avez-vous pas aussi un peu ras le bol des râleurs?
Il est effectivement temps de partir. J’aimerais encore voyager avant de ne plus pouvoir. Mais il est vrai qu’il y a un groupe de citoyens très remontés. Il faut avoir le cuir solide. Cela dit, on sait que leurs arguments sont faux. On a donc la conscience tranquille. Et ce ne sont que dix personnes, élues au Conseil communal, sur 2600 habitants, qui nous pourrissent la vie, souvent à cause de vieilles rognes du passé.

Quelles satisfactions après dix ans de syndicature?
On est venu avec une moyenne de 25 préavis par année, suivis largement par le Conseil, à quelques exceptions près. On a modernisé nos équipements et amélioré la sécurité routière, on a racheté l’auberge, on a construit le centre multifonctions, et dernièrement le centre d’entretien. Tout cela dans une bonne entente au sein du Collège municipal. La première législature s’est déroulée vraiment sans problème. Par la suite, il y a eu ce groupe des dix qui nous a un peu perturbés.

Des regrets?
J’en ai deux. Notre projet de réaliser des logements d’utilité publique avec la Fondation Equitim, rejeté par le Conseil communal, à mon avis pour de mauvaises raisons. Et le refus de réaliser des chemins piétonniers pour rejoindre les gares du Nyon - Saint-Cergue. Il y a maintenant des gens qui empruntent la tranchée du train pour aller à la gare. Bon, à la place, on a fait des trottoirs, un projet qui fait aussi partie de notre concept de sécurité.

Et le projet de fusion avec Trélex, Givrins, Genolier et Saint-Cergue?
Les esprits ne sont pas mûrs. Peut-être dans vingt ans…

Comme président du Conseil intercommunal, que pensez-vous du degré de solidarité?
Il n’y a qu’une minorité de communes moins solidaires. La majorité est consciente qu’on ne peut plus rien faire sans le Conseil régional. Bien sûr, j’ai personnellement eu une grosse déception avec l’échec du plan d’investissement régional, le PIR. De nombreux projets importants ont été bloqués. Mais malgré la venue d’élus de tendance UDC qui prônent le repli, j’ai de bons espoirs dans le DISREN (Dispositif d’investissement solidaire régional).

Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent contre un développement régional jugé trop rapide. Votre avis?
La population vit mieux quand on est en croissance économique qu’en stagnation. Voyez la France! Il y a certes des revers à la médaille mais soit on reste agriculteur et on vivote, soit on va de l’avant. Sans craindre l’immigration. Le brassage culturel est très positif. (24 heures)

Créé: 25.02.2016, 09h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.