La flamme olympique pourrait bien ne jamais s’allumer à Morges

MorgesAlors que la commune souhaitait accueillir les épreuves de curling des Jeux olympiques de la jeunesse en 2020, le Conseil communal pourrait mettre son veto.

Le Conseil communal décidera mercredi 7 février s'il souhaite accueillir les épreuves de curling des Jeux olympiques de la jeunesse à la patinoire des Eaux Minérales.

Le Conseil communal décidera mercredi 7 février s'il souhaite accueillir les épreuves de curling des Jeux olympiques de la jeunesse à la patinoire des Eaux Minérales. Image: Stéphane Romeu

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le ciel s’assombrit sur l’organisation des épreuves de curling des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) à Morges. À quelques jours de la séance décisive du Conseil communal, agendée à mercredi, les commissaires chargés d’étudier le dossier préconisent de refuser le projet à cinq contre trois pour une abstention. «Il n’est pas raisonnable d’accueillir cette manifestation à la patinoire des Eaux-Minérales», affirme le président de la commission, Yvan Christinet, dans son rapport.

Principale cible des opposants: les aménagements non durables prévus pour mettre l’infrastructure à niveau et estimés à plus de 700'000 francs. «Le préavis propose de transformer l’installation, faite pour le patinage et le hockey, en espace utilisable durant douze jours pour des compétitions de curling, puis d’opérer la transformation inverse pour rendre la glace aux usagers habituels, écrit Yvan Christinet. Ces travaux non pérennes, coûteux, d’une durée de deux mois durant lesquels la patinoire serait inutilisable, sont en flagrante contradiction avec les principes de développement durable imposés par le CIO pour l’organisation des événements sportifs, et en particulier des Jeux olympiques de la jeunesse.»

Pour étayer leur propos, les détracteurs du projet s’appuient notamment sur la procédure de candidature. Un document de 130 pages où il est inscrit que «le Comité international olympique soutient activement l’éducation à la durabilité et préconise l’intégration des principes de durabilité dans les événements sportifs par les organisateurs et leurs partenaires». La majorité de la commission cite également des extraits d’un discours de Philippe Leuba datant de début janvier. «Pour les JOJ, nous utilisons des installations qui existent déjà, avait affirmé le conseiller d’État en charge du Sport. Cela nous évite de construire inutilement des infrastructures et de gaspiller l’argent public.»

Prendre des risques

À l’intérieur du rapport figurent aussi les arguments des trois commissaires en faveur de l’organisation de l’événement. Ces derniers voient au travers de ce projet «une Ville positive et tournée vers l’avenir, qui prend des risques pour promouvoir des politiques innovantes et se donne les moyens de ses ambitions».

Les défenseurs des JOJ estiment que l’occasion est unique pour la commune de s’inscrire dans une manifestation de cette envergure. «Soucieux des deniers publics», ils pensent que le préavis doit être évalué comme «un investissement durable pour la jeunesse». «Nous ne souhaitons pas que l’image de Morges se borne à celle d’une ville soucieuse de ses dépenses communales, du bénéfice qu’elle peut en retirer pour ses habitants, d’une image statique proche de son budget voulue par la majorité de la commission», assurent-ils.

Du côté du comité d’organisation, la déception est également au rendez-vous. «Les opposants ne voient pas la chance incroyable que représente l’accueil des Jeux olympiques de la jeunesse, déclare Ian Logan. Morges a l’opportunité de faire la promotion du sport et de la jeunesse tout en donnant l’image d’une commune jeune et dynamique.»

L’homme fort de la manifestation n’est toutefois pas complètement résigné: «La Municipalité a émis un préavis positif. La commission s’oppose au projet. Cela fait un partout. Le Conseil communal aura le dernier mot. S’il s’avère que sa décision est négative, nous étudierons alors d’autres alternatives.»

Contactée, la Municipalité n’a quant à elle pas souhaité s’exprimer. (24 heures)

Créé: 02.02.2018, 07h13

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Visite du pape en Suisse, paru le 21 juin.
(Image: Bénédicte) Plus...