Passer au contenu principal

La Fontaine s'assied dans le salon de Mme de Staël à Coppet

L'artiste Fiami a tourné deux films dans le château de Terre-Sainte. Il remet au goût du jour l'auteur des célèbres fables.

Les élèves d'une école de Coppet se sont amusés pendant l'explication de texte de Fiami.
Les élèves d'une école de Coppet se sont amusés pendant l'explication de texte de Fiami.
Leandre Seraidaris

Remettre La Fontaine au goût du jour en période de sécheresse. L’auteur des célèbres fables aurait assurément apprécié cette ironie. Le château de Coppet sera le théâtre, mercredi 7 novembre, d’une soirée gratuite et grand public consacrée à l’homme de lettres du XVIIe siècle. L’événement est l’œuvre de l’artiste genevois Fiami. Ayant encore en tête et «dans le cœur» le texte «Le loup et l’agneau», appris à 7 ans, il s’efforce depuis plusieurs années de faire redécouvrir une œuvre qui a perdu de sa popularité dans les écoles publiques. «Mes trois enfants ne l’ont pas lue pendant leur scolarité. On ne peut pas négliger un trésor pareil et passer à côté», juge-t-il.

La manifestation de Coppet marquera la mise en ligne de deux films tournés dans la bibliothèque du château de Mme de Staël. L’un décryptant «La laitière et le pot de lait» sera projeté, alors que la journaliste et auteure Martina Chyba, qui cite suffisamment La Fontaine dans ses chroniques sur la RTS, animera une partie de la soirée avec sa verve habituelle. L’entrée est libre et s’adresse autant aux parents qu’aux enfants.

Les courts métrages, d’environ quinze minutes, font partie de la troisième saison de «Récite-moi La Fontaine». Cette série comprend aujourd’hui 26 films pour un total de six heures d’images. Visible sur YouTube, pour toucher la jeune population, elle a été vue plus 60 000 fois par des internautes de 140 pays. Le concept est inspiré d’un spectacle de Roberto Benigni qui réussissait à rendre accessible l’aride «Divine Comédie» de Dante par une explication de texte joyeuse. La déclinaison de Fiami est de rassembler un groupe de seniors, une classe d’enfants ou encore des personnes souffrant d’un retard mental autour d’une fable de La Fontaine. L’écrit apparaît en face de l’assemblée sur un tableau et l’animateur vulgarise le propos pour le rendre compréhensible. Tout cela dans une ambiance remplie de bonne humeur et de rire. «Il est plus facile d’apprendre si l’on s’amuse!» insiste Fiami. Le tout est saisi par les caméras et les micros d’une équipe. Le court métrage relate l’expérience.

Les échanges sont souvent touchants et empreints d’humanité. «Les participants ressortent heureux de l’expérience», assure Fiami, qui avoue beaucoup s’amuser dans ces moments.

La démarche a le mérite de rappeler que les fables de La Fontaine traversent le temps en gardant leur pertinence de critique sociale. «Tout le monde comprend l’essentiel du message, note Fiami. Il suffit parfois d’expliquer quelques subtilités de langage pour rendre cela possible.» La magie des textes, avec le rythme du phrasé de La Fontaine, fait le reste. Ce qui n’est pas un hasard puisqu’elles ont été écrites pour être récitées. Cela leur a permis d’avoir un succès phénoménal à leur sortie, entre 1668 et 1694. «La population était à 99% illettrée, raconte Fiami. Ce qui ne l’a pas empêchée d’apprendre les fables par cœur pour les transmettre oralement. À l’époque, les fables ont fait le buzz.»

----------

«Récite-moi La Fontaine»

Mercredi 7 novembre à 19 h au château de Coppet. Entrée libre

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.