De Gland à Téhéran, le collectif CAUSE crée tout, toujours

ArtsFilms en Iran, musique à Begnins, mais aussi skatepark, jeu vidéo ou mobilier, les créatifs glandois ont faim de tout.

Ils sont douze à constituer le noyau dur de CAUSE. «Plus des dizaines d'amis qui participent activement à nos projets», insiste Nikola Sanz (assis sur la photo).

Ils sont douze à constituer le noyau dur de CAUSE. «Plus des dizaines d'amis qui participent activement à nos projets», insiste Nikola Sanz (assis sur la photo). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est d’abord une histoire de potes. Arrivés en même temps au bout de leurs études, une dizaine d’amis se cherchent un débouché. «On ne voulait être ni seuls à notre compte, ni travailler au sein d’une grande entreprise», précise l’un des dix, Arnaud Cottet. Ils sont architecte, graphiste, comptable, psychologue, mécanicien de précision ou diplômé en entreprenariat et décident alors de se lier au sein d’un collectif. Ainsi naît CAUSE, en 2012, dans un entrepôt de la Ballastière, à Gland. Celui-là même où, depuis dix ans, étaient organisées presque toutes les fêtes de la bande.

De festival en festival

Quatre ans, une septantaine de mandats et des locaux remis à neuf plus tard, le collectif surfe de festival en festival. Pour présenter ses films, comme au FIFAD («Skiing Noshaq») il y a dix jours, ou goupiller un set alliant djeeing et vjeeing au JVAL, samedi prochain. Un grand écart que la bande assume et cultive. «Notre diversité est notre richesse, elle suscite une vraie émulation au sein du groupe», poursuit Benoît Goncerut. Une structure en constante évolution. De plate-forme de lancement au début, elle est devenue un espace de création et de liberté pour ses membres. «Aujourd’hui, nous avons tous une activité lucrative à côté de CAUSE, explique l’enseignant Arnaud Cottet, coréalisateur de Skiing Noshaq. Cela nous permet de nous consacrer uniquement à la création, sans devoir accepter des mandats alimentaires.»

«Notre diversité est notre richesse, elle suscite une vraie émulation au sein du groupe»

Au générique des réalisations du collectif, on trouve ainsi, entre autres, un projet de skatepark pour la commune de Mies, un clip pour le Montreux Jazz ou pour le rappeur Fabe Gryphin, une table design… De moins en moins de mandats, par contre. «On veut se concentrer sur la réalisation de nos propres projets», note Marcel Perrin. Des projets qui tournent de plus en plus autour du film documentaire. Et sans se confiner aux sports de glisse, spécialité originelle de CAUSE.

«L’idée, c’est d’abord de racon­­ter une histoire, développe Ar­naud Cottet. Dans Skiing Noshaq, l’aspect sportif n’est que la toile de fond de l’aventure que nous avons partagée.» C’était déjà vrai, d’ailleurs, pour les projets précédents, notamment en Iran, qui ont toujours placé l’humain au centre de la narration. Et ça le sera plus encore pour les suivants. «On prépare notamment un film sur la communauté kosovare en Suisse, notamment au travers du prisme du football», raconte Benoît Goncerut. Un livre sur un voyage à vélo de la Suisse à l’Inde est prévu pour la fin de l’année. Et le développement d’activités publiques (concerts…) au cœur des atypiques locaux de CAUSE devrait suivre. En tout, «un millier d’idées au moins». Et tout le temps de les réaliser. G.B.

JVAL Festival Du 25 au 27 août www.jval.ch - www.cause.ch

Créé: 19.08.2016, 16h53

Articles en relation

Roadmovie vaudois vers l’Afghanistan

Les Diablerets Le Festival du film alpin, qui débute demain, accueille des réalisateurs du cru. Exemple avec «Skiing Noshaq». Plus...

Le JVAL, éclectique et «elektrik»

Concerts Le festival publie ses bans. General Elektriks, Black Box Revelation et une brochette de pop suisses promettent de beaux ébats à Begnins. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.