Passer au contenu principal

Le grand soir des lieux de culture prend de l'ampleur

Musées, galeries et bistrots font bien plus qu'ouvrir leurs portes ce jeudi 13 juin.

Une quinzaine de lieux culturels seront à visiter ce jeudi 13 juin à Morges, le plus souvent en présence des artistes à l'enseigne de «À voir un soir à Morges».
Une quinzaine de lieux culturels seront à visiter ce jeudi 13 juin à Morges, le plus souvent en présence des artistes à l'enseigne de «À voir un soir à Morges».
DR

La quatrième édition de la manifestation éphémère «À voir un soir à Morges», ce jeudi de 18 h à 22 h, ne manque pas d’allure. À l’origine, s’il était d’abord question de marquer le coup en offrant une nocturne coordonnée au public une fois par an, le rendez-vous a pris de l’ampleur en fédérant une petite vingtaine de lieux culturels, mais surtout en étoffant les activités proposées.

Activités variées

«On ne voulait pas se contenter d’une soirée portes ouvertes, mais avoir un vrai partage avec les visiteurs. Mais j’avoue que je suis presque surpris par tout ce qui est proposé, ce qui témoigne également d’une période dynamique pour la culture dans notre ville», explique Yvan Schwab, directeur du Musée Forel, l’institution qui coordonne les activités de l’Association des musées morgiens à l’origine de l’événement.

En charge du programme, sa collègue Dacha Abbet se réjouit de proposer des activités de plus en plus variées: visites guidées, dégustations, rencontres avec les artistes, projection de films sont en effet au menu, en plus des vernissages qui ont été calés sur cette date. «Les 17 participants sont aussi bien des musées traditionnels que des ateliers, des galeries et même des restaurants qui exposent des tableaux», explique la responsable du projet.

«On ne voulait pas se contenter d’une soirée portes ouvertes, mais avoir un vrai partage avec les visiteurs»

Le Symposium international de sculpture, qui se déroule en plein air jusqu’à dimanche, a rejoint l’organisation cette année et proposera pour sa part des cours gratuits et une discussion avec le photographe Gennaro Scotti. «C’est la preuve d’une belle émulation qui anime tout le monde, mais nous savons aussi que beaucoup de choses fonctionnent dans ce domaine sur le bénévolat, des temps partiels, parfois même le crowdfunding, ce qui confère beaucoup de liberté mais qui signifie aussi une certaine fragilité», rappelle toutefois Yvan Schwab.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.