On a jeté un sort sur Nyon

FormationDans la plus grande école suisse de magie, fondée par Laurent Moreschi, on apprend des tours, mais aussi le code de conduite des magiciens.

Laurent Moreschi, magicien fondateur du Centre de magie de la Côte, a développé des cours d’illusionisme dans le respect de certaines règles et d’un code de conduite.

Laurent Moreschi, magicien fondateur du Centre de magie de la Côte, a développé des cours d’illusionisme dans le respect de certaines règles et d’un code de conduite. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand on pousse la porte du Centre de magie de La Côte, on pénètre aussitôt dans un univers à part, avec Harry Potter à l’accueil. On arrive d’abord dans la boutique, garnie de mille et uns curieux objets. Un jeu de cartes y flotte même dans l’air. À l’arrière, on découvre des salles décorées, pour les cours et les anniversaires. Et au sous-sol, un minithéâtre d’une vingtaine de places, avec une petite scène. Qui aurait cru qu’un tel endroit existait dans ce nouveau quartier de la Petite Prairie, au nord de Nyon?

On doit l’existence de ce centre, où une journée d’initiation à la magie a lieu dimanche*, à Laurent Moreschi. Titulaire d’un master en informatique, cet ancien collaborateur d’une banque a eu un coup de foudre pour la magie lors d’une foire à Genève. «Un magicien a fait un tour avec une pièce qui m’a totalement bluffé. J’avais envie de comprendre le truc, alors j’ai pris des cours.» D’abord avec le magicien Pavel, célèbre pour son numéro de cordes et de foulards, puis à l’école de Lausanne, où il a enseigné. Et en 2014, il crée l’École de magie de La Côte (EMC) dans son garage à Crans.

Diversification des activités

Grâce à son idée de proposer des cours dans les écoles privées de la région, l’EMC se développe rapidement. Entreprenant, Laurent Moreschi décide d’élargir ses activités: organisation de stages, d’ateliers et de camps de vacances, animations pour des soirées d’entreprise et des anniversaires, spectacles avec un pool de magiciens, et même des thérapies par la magie. En 2016, il ouvre le Centre de magie de La Côte (CMC) à Nyon. Aujourd’hui, l’école, qui compte 140 apprentis magiciens de 7 à 17 ans, plus dix adultes, est la plus grande de Suisse. Pour la moitié de ces élèves, les cours sont donnés en écoles privées, et pour les autres, essentiellement à Nyon, à Crans, et dans de nouvelles antennes ouvertes à Genève, à Aubonne et à Martigny. Six professeurs sont attachés à l’EMC.

La formation aux arts magiques a été structurée selon le système de couleurs des ceintures de judo. «Il est important d’avoir une ligne de progression, explique le directeur. Les plus jeunes apprennent les techniques des objets truqués. Puis il faut travailler la dextérité, la prestidigitation, et enfin, dès l’adolescence, on doit savoir se comporter face au public. À ce stade, on organise de petits spectacles de close-up (ndlr: magie rapprochée, de table en table de restaurant) et de magie de salon, qui feront partie des examens devant public. Quand on parvient au niveau noir, on peut devenir magicien professionnel et même professeur de magie.»

Laurent Moreschi rappelle que pour réussir un tour de magie, il faut combiner plusieurs compétences: la motricité fine (dextérité et coordination des mouvements), l’approche psychologique du public, qu’il s’agit de séduire et de captiver afin de détourner son attention, et la canalisation de sa propre énergie. «Avant tout, les enfants doivent comprendre la différence entre un superhéros aux pouvoirs magiques, comme Harry Potter, et un magicien comme Houdini ou David Copperfield, qui ne parviennent à réussir leurs tours qu’avec beaucoup de travail et de persévérance.»

Enfin, et le fondateur du centre y tient fermement, les élèves doivent non seulement suivre les règles de base du magicien (ne jamais révéler le secret des tours, ne jamais faire un tour deux fois de suite…), mais aussi adopter un code de conduite. «Il y a une éthique. On ne doit par exemple jamais se moquer de l’élève magicien parce qu’on a rapidement compris son truc et on doit toujours applaudir à la fin d’un spectacle. En fait, on apprend l’illusionnisme dans le respect.»

Créé: 23.01.2019, 07h27

Articles en relation

«L’hypnose n’a rien à voir avec la magie!»

Scène Messmer, hypnotiseur de foule, est à Morges-sous-rire, jeudi, avec «Hypersensoriel», son spectacle créé en mars au Québec. Interview. Plus...

Infos

* Initiation à la magie, dimanche 27 janvier,
9 h 30-12 h 30, à Nyon.
www.magie-lacote.ch

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.