Une grange retapée sert d'écrin aux arts plastiques

VichDanielle Junod a quitté sa galerie de Nyon pour un lieu plus volumineux. Inauguration avec une magnifique exposition le 4 mai

Danielle Junod dans son nouvel espace Art Espace Junod, à Vich.

Danielle Junod dans son nouvel espace Art Espace Junod, à Vich. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Pierrette Gonseth-Favre a tout de suite été conquise par la lumière et les proportions généreuses de cet espace.» Danielle Junod est heureuse de pouvoir inaugurer son nouveau lieu d’exposition dédié aux arts plastiques avec les œuvres récentes de l’artiste de Founex. Après quatorze années passées au cœur de la vieille ville de Nyon, entre les murs de l’étroite Galerie d’art Junod, cette esthète a trouvé l’endroit rêvé, à Vich, dans une ancienne grange entièrement retapée. En plus des expositions, le lieu accueillera des événements comme des conférences, de petits concerts ou des lectures de textes.

L’ancien atelier d’un peintre

Danielle Junod a dû se séparer de son local de la Grand-Rue, à Nyon, en raison de la vente de la maison qui l’abritait. Municipale responsable de la culture, Fabienne Freymond-Cantone regrette ce départ: «C’est une historienne de l’art qui a fait un grand travail pour mettre en valeur des artistes de la région et d’ailleurs. Nous perdons une actrice incontournable des arts plastiques à Nyon.»

Mais le hasard fait bien les choses car, de son côté, le peintre tchèque Petr Beránek, qui avait installé son atelier dans la Grange en Clarens, a décidé de déménager. «Je connaissais l’endroit, car j’ai exposé ses œuvres chez moi et lui avais rendu visite, raconte-t-elle. Je savais qu’il souhaitait s’en aller. Je voulais en faire mon atelier, car je peins aussi, mais comme j’ai dû quitter Nyon j’ai choisi d’en faire mon nouveau lieu d’exposition.»

Les amateurs d’arts plastiques seront comblés, car la région manque d’espaces adéquats pour mettre en valeur des œuvres de qualité. Et surtout le public continuera à bénéficier du travail très professionnel de Danielle Junod. C’est grâce à sa thèse en histoire de l’art, consacrée à la réception de l’art français aux États-Unis après guerre, qu’elle a rencontré de grands galeristes à Paris et à New York, qui lui ont donné l’envie d’en faire son métier.

Dans son jeune âge, l’organisation de plusieurs expositions des œuvres de l’artiste suisse Henry Rouyer l’a également mise sur cette voie. «Il était poète et philosophe. C’était mon maître à penser. Il m’a notamment fait connaître son ami Gaston Bachelard, dont j’ai lu toutes les œuvres.» En 2005, Danielle Junod décide d’ouvrir sa propre galerie, à Nyon. Avec l’idée de privilégier l’art non figuratif et les artistes suisses, «qui ne sont pas hors de prix».

La galeriste précise sa ligne: «Ma thèse restant la pierre angulaire de mon approche artistique, j’essaie de trouver des liens entre les œuvres des contemporains et cette époque de l’après-guerre. Des traces. Mais ce qui me touche d’abord, c’est la vérité du travail des artistes, d’autant plus dans ce monde bouleversé, où l’on s’éloigne de plus en plus de la vérité et de l’authenticité».

Rigueur mêlée à la passion

Pendant ses quatorze années à Nyon, Danielle Junod a infusé sa passion de l’art d’une belle rigueur. Pour chaque exposition, sans exception (six par année), ses textes de présentation ont dénoté sa perception intime et pointue de l’artiste et de son œuvre. «Je vais toujours visiter l’atelier de l’artiste, où qu’il soit, pour me plonger dans son univers. Ce sont de grands moments d’émotion et cela m’aide à rédiger mes présentations, qui sont importantes pour donner des clés permettant aux visiteurs de pénétrer l’œuvre.» (24 heures)

Créé: 30.04.2019, 08h02

Face à face avec de fascinants totems

Art Espace Junod accueille TOTEMS, une exposition de Pierrette Gonseth-Favre. Les œuvres récentes de l’artiste, en toile de jute colorées, présentent des visages multiples. Tout en verticalité, ces totems à taille humaine ont des coiffes telles des couronnes d’arbres…

«Ils suscitent perplexité, interrogation, séduction, poésie, espoir, recherche du primordial, du sublime, mais aussi accents de souffrance et de désespoir», décrit la galeriste Danielle Junod. Ces totems peuvent nous renvoyer au monde mythique des tribus amérindiennes, ou aux statures élancées de certains peuples d’Afrique.

Pierrette Gonseth-Favre confie qu’elle a en fait voulu rendre hommage aux saisonniers de son enfance. «J’ai fait ces masques en référence à ces gens qui n’avaient pas la parole». L’artiste explique aussi pourquoi elle a cherché à mettre en avant la verticalité: «J’aime beaucoup l’espace au-dessus de ma tête.

C’est ce qui m’a toujours donné la force de me relever dans les moments difficiles».

Infos pratiques

«Totems»
De Pierrette Gonseth-Favre
Du 4 mai au 29 juin

Art Espace Junod,
Route de l’Étraz 60, Vich

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.